ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Interview   

Le parfum lugubre de Katatonia


Katatonia by Ester SegarraJonas Renkse et Anders Nyström, les deux têtes pensantes de Katatonia, respectivement chanteur et guitariste, sont des débrouillards qui savent toujours rebondir, avec l’amour de leur art pour moteur. Les Suédois ont vécu un énième changement de line-up avec les départs simultanés du batteur Daniel Liljekvist et du guitariste Per Eriksson. Certainement pas déstabilisés, ils en ont profité pour poursuivre l’expérience de Dethroned And Uncrowned (2012) via une tournée acoustique, menant à la prestation dans le magnifique cadre de l’Union Chapel de Londres, éclairé de bougies, immortalisé dans le CD/DVD Sanctitude (2013).

Et s’ils savent si bien rebondir, c’est peut-être parce qu’ils ont depuis longtemps pris l’habitude de ces changements qui ont émaillé la carrière du groupe mais aussi de vivre sommairement, donnant tout à Katatonia malgré le peu de retombées financières. Ils ont appris par la force des choses, depuis leurs premiers pas dans l’underground du début des années 90 dont il gardent une certaine nostalgie, la débrouille et à s’adapter. C’est ainsi que Katatonia n’a pas perdu ce qui fait son essence : sa force émotionnelle. En atteste son nouvel album The Fall Of Hearts, plus travaillé que jamais, un brin plus progressif, mais à la patte indéniablement reconnaissable.

Nous nous sommes longuement entretenus avec Jonas et Anders pour nous parler de cet opus et ces changements dans les rangs de la formation, mais aussi les difficultés que peut rencontrer un tel groupe ou la nostalgie d’un temps révolu. Nous faisons également le point à la fin sur leurs projets Bloodbath, qui a accueilli en 2014 son nouveau chanteur en la personne de Nick Holmes de Paradise Lost, et Wisdom Of Crowds.

Lire l’interview…



Interviews   

Trivium doesn’t want to catch the wave


If the previous album Shogun (2008) was a great success by the way it would stick into your head (is it even humanly possible to get bored from “Throes Of Perdition”?), Trivium’s new album, which just came out on Tuesday via Roadrunner Records, In Waves, isn’t an album full of singles. If some songs do have catchy choruses, like “Built To Fall” which will probably drive a few people completely insane, this album is less accessible, but by no means is it not as good.

Matt Heafy insists on that: this album goes beyond the music, to being a full piece of visual art with both the artwork and the music videos, but also the way the musicians are going to look on stage. The whole thing is darker than what Trivium has done in the past, but there’s no way they are going to explain why. As a huge fan of David Lynch, Matt sees art as something very personal, and will not even force his own interpretation on anyone, meaning there will be as many interpretations as there will be listeners.

Matt is very proud and sure of himself when it comes to the alternative approach they have with this In Waves album, compared to most of the metal scene which is, according to him, in a rut.

His opinions are further developed in this interview. Among the discussed topics are the departure of former drummer Travis Smith and the contribution of newcomer Nick Augusto, the way the band communicates about their art and also, of course, today’s favorite topic in the metal scene: Lady Gaga.

Interview…



Interview   

Trivium ne veut pas surfer sur la vague


Si son prédécesseur Shogun (2008) était une réussite par sa qualité d’accroche (est-il humainement possible de se lasser d’un tube comme « Throes Of Perdition » ?), le nouvel album de Trivium qui est sorti ce mardi chez Roadrunner, In Waves, n’est pas un disque à singles. S’il contient ses quelques morceaux à refrains, dont ce « Built To Fall » qui en rendra sans doute certains complètement fous, il est un disque moins abordable mais non moins réussi.

Matt Heafy insiste là dessus : il s’agit d’ailleurs, plus que de musique, d’une œuvre visuelle à part entière comprenant l’artwork, une série de clips, mais aussi le look qui sera arboré sur scène par les membres du groupe. L’ensemble est plus sombre que ce que Trivium a pu faire par le passé, en revanche, hors de question de révéler pourquoi. En grand fan de David Lynch, Matt voit la perception de l’art comme très personnelle et n’imposera aucune interprétation, pas même la sienne. Des interprétations, il y en aura donc autant qu’il y a d’auditeurs.

Matt est par ailleurs très fier et très sûr de lui concernant la démarche alternative que constitue ce In Waves par rapport à une scène metal qui, selon lui, tourne en rond.

Des opinions développées en détails dans la présente interview. Parmi d’autres sujets abordés, le départ de l’ancien batteur Travis Smith et l’apport du petit nouveau Nick Augusto, le rapport du groupe à sa communication et bien entendu, le sujet préféré du moment sur la scène metal : Lady Gaga.

Cliquez ici pour lire l’interview…



Interview   

TRIVIUM : ENTRETIEN AVEC TRAVIS SMITH


Trivium est un groupe qui rencontre un énorme succès aux Etats-Unis mais qui a du mal à soulever le même élan populaire en Europe.

Pourtant, « Shogun », le dernier album du combo révèle quelques perles qui valent le détour. Radio Metal s’est entretenu avec Travis Smith, le batteur de Trivium.

Interview!



  • Arrow
    Arrow
    In Flames @ Lyon
    Slider
  • 1/3