ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

News Express   

Paul Stanley (KISS) enregistre un nouvel album pour son projet R’n’B SOUL STATION


Le chanteur de KISS Paul Stanley enregistre un nouvel album pour son projet R’n’B ayant pour nom SOUL STATION et comprenant le batteur de KISS Eric Singer.



News Express   

Paul Stanley (KISS) annonce de nouvelles dates pour son projet R’n’B SOUL STATION


Le chanteur de KISS Paul Stanley a récemment lancé un groupe de soul/R’n’B ayant pour nom SOUL STATION et comprenant le batteur de KISS Eric Singer. Dans le cadre de ce projet, le frontman (qui ne joue pas de guitare et ne fait aucune chanson de KISS) annonce sur sa page Facebook trois dates en Californie à la fin du mois de février.



News Express   

Dee Snider (TWISTED SISTER) et Paul Stanley (KISS) se crêpent le chignon


Dee Snider, le chanteur de TWISTED SISTER, a répondu au coup de gueule de Paul Stanley, frontman de KISS, que ce dernier avait adressé à son égard en disant qu’il « enterrerait » le leader de KISS dans une éventuelle battle de rock. En savoir plus…



Interview   

Eric Singer (Kiss) : le fan sous le maquillage


Eric Singer - KissKiss, le groupe auto-proclamé le plus grand au monde, fête depuis l’année dernière les quarante ans de son tout premier opus sorti en 1974. Et comme avec Kiss les fêtes peuvent durer longtemps, très longtemps, la tournée se poursuit cette année avec notamment un passage au Zénith de Paris le 16 juin prochain. A l’occasion de cette venue dans l’Hexagone, nous avons eu l’occasion de parler au batteur Eric Singer, le membre qui a roulé le plus longtemps sa bosse au sein de Kiss, comme il le précise lui-même, en dehors des irremplaçables Gene Simmons et Paul Stanley, mais qui avant tout est aussi un fan qui ne cache jamais son enthousiasme d’avoir la chance de jouer pour « les meilleurs fans au monde » avec un groupe dont il a acheté le premier album au moment de sa sortie et qu’il allait voir en concert lorsqu’il avait tout juste seize ans.

Le respect envers le groupe, les fans mais aussi les membres passés est partout dans l’entretien qui suit. Ce qui ne l’empêche pas de parler franchement lorsqu’il s’agit d’évoquer l’ombre du line-up original qu’on a (trop souvent) tendance à faire planer au-dessus du groupe ou les polémiques sur des histoires de maquillage. Eric Singer est sincère, expansif et sait trouver les arguments. En tout cas le batteur semble motivé par une vraie passion pour le groupe, même s’il n’occulte pas la réalité du business, et ne serait pas contre donner un successeur à l’album Monster sorti en 2012, n’en déplaise à Paul Stanley…

Lire l’interview…



News Express   

Paul Stanley (KISS) : « Nous sommes l’essence du rock’n’roll »


James Tobin de Yahoo! 7 TV s’est entretenu avec Paul Stanley et Gene Simmons, respectivement chanteur/guitariste et bassiste de KISS, durant la tournée japonaise du groupe américain. « Nous sommes l’essence du rock’n’roll parce que nous saluons tout ceux qui nous disent ce que nous devrions faire avec le doigt du milieu » explique Paul Stanley. « Tout le monde n’aime pas ce que l’on fait, c’est vrai. Tout le monde n’aime pas Jésus » déclare quant à lui Gene Simmons.



Interview   

Ace Frehley : les mains sur la guitare, la tête dans les étoiles


Il aura fallu attendre cinq années pour voir Space Ace, comme on l’appelle parfois, envahir à nouveaux les bacs des disquaires (si, si, ça existe toujours !) et nos lecteurs CD et mp3. Il faut croire que le guitariste de l’espace n’a pas encore appris à composer à la vitesse de la lumière, mais cela reste toujours plus rapide que les vingt années qui ont mené à Anomaly, son précédent opus solo. Vingt années pendant lesquelles il n’aura fourni qu’un unique album avec Kiss, le Psycho Circus transformant l’essai d’une reformation de courte durée. La machine serait donc en train de s’accélérer, comme dans une course poursuite avec ses anciens collègues de Kiss qu’il ne manque pas de provoquer sur la qualité de leurs albums. En 2009 Frehley sortait son premier disque depuis son dernier départ du groupe en même temps que Sonic Boom et voilà aujourd’hui, deux ans après Monsters, qu’il remet le couvert avec Space Invaders, misant sur un son et une image vintage qui renverront ses fans à ses jeunes années.

Ace Frehley nous parle donc de ce nouvel opus qui fait plus que jamais la part belle au thème – qui lui est si cher – de l’espace, évoque certains traits de sa personnalité et revient sur sa relation avec ses anciens collègues de Kiss, Paul Stanley et Gene Simmons, avec qui il s’estime « toujours amis. »

Lire l’interview…



Interviews   

Ace Frehley has his hands on his guitar and his head in the stars


It took five years for Space Ace, as he’s sometimes called, to come back and take over our records shops (yes, those still exist) and mp3 players. Apparently the guitarist from outer space hasn’t yet learned to compose at the speed of light, but at least this time it didn’t take him twenty years – the time we had to wait for him to release Anomaly, his previous solo album. In those twenty years, all he put out was a single album with Kiss, Psycho Circus, the highlight of a short-lived reformation. The machine is running more smoothly now, and the man seems to be engaged in a race with his former Kiss colleagues, whose albums he never misses an opportunity to criticize. In 2009, Frehley released his first record since his departure from the band at the same time as Sonic Boom, and now, two years after Monsters, he’s back with Space Invaders, banking on a vintage sound and imagery that will remind his fans of his younger years.

In the following interview, Ace Frehley tells us all about this new record, which mostly revolves around his favourite subject – space –, mentions a few of his personality traits, and gives us a few details regarding his relationship with his former Kiss mates, Paul Stanley and Gene Simmons, with whom he considers to be “still friends”.

Read the interview…



Nouvelles Du Front   

Kiss et Nirvana au Rock N’ Roll Hall Of Fame : interrogations en terre sacrée


A chaque compétition ses règles. Pour l’institution américaine du Rock N’ Roll Hall Of Fame qui récompense depuis 1986 quelques noms majeurs de la large sphère rock, la condition principale afin d’être éligible est d’avoir, au minimum, une carrière vieille de vingt-cinq ans (la date de sortie du premier album faisant foi pour les groupes et artistes). Autant dire que cette condition temporelle imposée pose dans certains cas des soucis et questionnements. Car en vingt-cinq ans, un groupe a le temps de changer. De muter, de faire peau neuve ou carrément de mettre fin à ses activités. L’histoire est là pour en témoigner.

Le 10 avril prochain, le Rock N’ Roll Hall Of Fame intronisera à nouveau une toute nouvelle cargaison de noms célèbres. Parmi eux Kiss et Nirvana, les deux têtes majeures de cette édition 2014. Élus par les internautes au détriment de Deep Purple (qui en est à sa deuxième nomination – et échec – successive) ou encore de Yes, entre autres, il ne faudra pas s’attendre, en tout cas, à voir débarquer les formations originelles. Celles initialement récompensées par l’institution ; celles qui ont marqué l’Histoire. Car si du côté de Nirvana la raison semble évidente, du côté de Kiss c’est Paul Stanley lui-même qui émet des réserves sur la possibilité de voir jouer le line-up qui en 1974 sortait les albums Kiss et Hotter Than Hell.

Lire la suite…



Vide(o)rdure   

Paul Stanley vit toujours en 1977


Si vous ne le saviez pas déjà, il est toujours temps de l’apprendre : KISS est entré en studio pour enregistrer le petit frère de Sonic Boom, soit la vingtième progéniture de ce groupe mythique. Par contre, ce qui n’est guère nouveau, c’est que Gene, Paul, Tommy et Eric sont de vrais communicants. Mais pas comme ceux qui cassent les pieds du Doc ! Ceux-ci savent parfaitement gérer cette partie là de leur business et nous offre un journal vidéo de leurs enregistrements.

Pour ce deuxième jour en studio, nous ne trouvons malheureusement rien de musical à nous mettre dans les esgourdes mais nous apprenons tout de même un tas de choses intéressantes comme le fait que ça fait un choc de voir Paul Stanley en gros plan et qu’on n’ira jamais voir un film de KISS en 3D car son menton pourrait bien nous crever un œil. Nous découvrons aussi que Gene Simmons imite de façon absolument bluffante le jappement d’un roquet et que, s’il porte du mauve, c’est parce qu’il assume parfaitement sa part de féminité.

Mais en l’occurrence, par dessus tout, cette vidéo nous permet de nous rendre compte que, dans le rock, l’exubérance vestimentaire n’est pas morte. Car qui, à part le Starchild, pourrait porter aujourd’hui, en 2011, une chemise comme celle-ci tout droit sortie du film Saturday Night Fever ?

Sans oublier que, pour la toute première fois, nous avons pu voir Gene Simmons se rendre ridicule… parce qu’il n’avait pas encore deviné, à 62 ans, que ce bouton sert à maintenir sa manche quand il la relève. Ouah ! Tout ça en une minute !



Nouvelles Du Front   

Se hisser sur les épaules de géants


Une scène de la vie quotidienne de la rédaction de Radio Metal :

Animal : Excellentissime cette vidéo de KISS !
Doc : Tu veux faire un article ? Ce serait intéressant que tu parles aussi de ce truc avec Paul Stanley. Tu penses pouvoir trouver un lien ?
Animal : Pour un article sérieux ? Je ne sais pas si je saurais encore faire ça… Surtout après Sammy contre les Aliens et le cha-cha-cha de Chris Jericho.

Le Doc n’a plus rien dit et l’Animal s’est mis au travail. Résultat :

Tant pis si nous avons encore l’air de prêchi-prêcha mais on ne vous dira jamais assez de prendre soin de vos oreilles. Que ce soit en utilisant des protections auditives en concert ou en répétition (si vous êtes musicien) ou en ne poussant pas trop le volume de vos baladeurs, pensez-y ! Aimer la musique, c’est aimer pouvoir toujours l’entendre. Et si vous ne nous écoutez pas, peut-être écouterez vous mieux le Starchild.

Lire la suite…



  • Arrow
    Arrow
    In Flames @ Lyon
    Slider
  • 1/3