ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Interview   

Star One : échappée hors du temps


Il y un an et demi, Arjen Lucassen nous présentait Transitus, son dernier album sous l’étiquette d’Ayreon, un ambitieux projet qui se démarquait du reste de la franchise à plusieurs égards, mais aussi plus théâtral que jamais car servant de support à un film qui reste encore à faire. Peut-être trop ambitieux pour les fans qui ne l’ont pas forcément compris. Voilà pourquoi, dans sa tradition de créer en réaction à sa dernière œuvre et d’alterner entre œuvres complexes et « bizarres » et œuvres simples et « consensuelles », Arjen revient aujourd’hui – douze ans après le dernier – avec un album de Star One, le pendant heavy de son univers musical.

Puisqu’il est depuis trente ans en confinement, comme il aime lui-même en plaisanter, la pandémie n’a pas forcément beaucoup impacté la vie d’Arjen Lucassen, mais elle a malgré tout influé sur le nouveau « format » de Star One, le forçant à se passer des dialogues entre les quatre chanteurs historiques. En revanche, fidèle au concept consistant à choisir une thématique dans le cinéma, c’est pour celle de la manipulation du temps qu’il a opté cette fois. Une thématique récurrente déjà dans l’univers d’Ayreon, curieusement, pour quelqu’un qui n’aime pas penser au passé, pas plus qu’il n’aimerait connaître l’avenir… Il nous raconte.

Lire l’interview…



Chronique   

Star One – Revel In Time


La dernière réalisation de Star One, Victims Of The Modern Age, remonte à 2010. Plus d’une décennie d’intervalle qui s’explique en partie par l’ampleur de l’autre projet d’Arjen Anthony Lucassen, Ayreon. Le musicien n’avait nullement l’intention de reléguer Star One au placard. C’est simplement que le très metal The Source (2017) avait déjà assouvi ses pulsions plus rugueuses, sans compter l’exigence d’une œuvre comme Transitus (2020) et ses trois années de conception. En effet, Star One est le penchant plus heavy et agressif de l’imaginaire d’Arjen, moins orienté opéra rock. Pourtant, les efforts de Star One peuvent aisément se ranger dans la catégorie « albums conceptuels ». Chacun d’entre eux aborde une thématique dans le cinéma, et chaque chanson traite d’un film différent lié à cette dernière. Space Metal (2002) s’inspirait de films se déroulant dans l’espace (Alien, Dune, 2001 : L’Odyssée De L’espace, etc.). Victims Of The Modern Age (2010) se nourrissait de l’imaginaire des dystopies et films postapocalyptiques (Matrix, Orange Mécanique, La Planète Des Singes, etc.). Revel In Time n’échappe pas à la règle : le troisième album de Star One s’intéresse aux manipulations temporelles dans des films tels que Terminator, Retour Vers Le Futur, Jour De La Marmotte ou Interstellar. Sans être esclave de son concept, Revel In Time se perçoit en outre comme une sorte de « récréation » pour Arjen par rapport à la complexité et à la théâtralité de sa dernière œuvre, l’occasion rêvée de revenir au plaisir du riff comme élément fondamental de la composition.

Lire la suite…



News Express   

STAR ONE dévoile le clip vidéo de la nouvelle chanson « Prescient » (avec Micheal Mills de TOEHIDER et Ross Jennings d’HAKEN)


Le projet STAR ONE d’Arjen Lucassen (AYREON) sortira son nouvel album, intitulé Revel in Time, le 18 février 2022 via InsideOutMusic. En savoir plus…



News Express   

STAR ONE dévoile le clip vidéo de la nouvelle chanson « Fate of Man » (avec Brittney Slayes et Michael Romeo)


Le projet STAR ONE d’Arjen Lucassen (AYREON) sortira son nouvel album, intitulé Revel in Time, le 18 février 2022 via InsideOutMusic. En savoir plus…



Interviews   

Arjen Lucassen, a vehicle registered 01011001


Initially, I simply had some questions for Arjen Lucassen. But know that with this man, one doesn’t make an interview. With Arjen, one chats as you would in high school or at the end of a party. You know, the kind of discussion which, like a Hawaiian magic mushroom, a frustrated professor in politics or like a discussion during a date, sidetracks from a topic to another without you really realizing how it happened. Starting from Arjen’s last productions, namely Guilt Machine and Star One, we managed to discuss about the next Symphony X, about intergalactic laxative and about… the movie Jaws! We did our best to present this interview to you in its rawest form possible, so as to present you the man and to show you that discussing with him is easy, enjoyable and fluent.

Arjen Lucassen is ambitious without being egocentric! It’s with a disconcerting ease that he admits his faults and his musical redundancies and that he talks, nearly embarrassed, about his flaws. Showing a clear sense of self-mockery, he laughs about his inability to write albums without any keyboard nor any guest singer. On that matter, he officially declares that he is currently working on a solo album on which he will be the only vocalist! An open interview full of anecdotes which, I’d bet my bottom dollar on it, will please every Arjen Lucassen’s fan at least as much as I was pleased doing it.

Near the end of the interview, while I was about to hang up, an obvious fact came to my mind. Arjen is a name really close from “Aryan”! That first name must be creating controversy. Arjen Lucassen then tells me about this Ayreon’s fan whose car, having a license plate barring the band’s name, was trashed by some guys convinced that the band had some acquaintance with the 3rd Reich’s ideology. This fan sent the license plate to Arjen as a souvenir. Being myself a vulture-journalist, I asked him if he still had it. A few seconds later, I got its picture in my email.

Click Here To Read The Interview



Interview   

Arjen Lucassen, un véhicule immatriculé 01011001


A l’origine, j’avais des questions à poser à Arjen Lucassen. Mais sachez qu’avec cet animal, on ne fait pas une interview. Avec Arjen, on bavarde, comme au collège ou en fin de soirée. Vous savez, ce genre de discussion qui, à l’instar d’un champignon hallucinogène hawaïen, d’un enseignant frustré de sciences politiques ou d’une conversation de rencard, vous fait digresser de sujet en sujet sans que vous ne vous en rendiez compte. Partis des dernières réalisations d’Arjen, à savoir Guilt Machine et Star One, nous avons réussi à en arriver à parler du prochain Symphony X, de laxatif intergalactique et… des Dents de la Mer ! Nous avons tenu à vous présenter cette interview de la manière la plus brute possible, afin de vous présenter le personnage et de vous montrer à quel point l’échange avec lui est facile, agréable et fluide.

Arjen Lucassen est un personnage ambitieux, mais pas égocentrique pour autant ! C’est avec une honnêteté déconcertante qu’il confesse ses fautes, ses redondances musicales et qu’il parle, presque gêné, de ses défauts. Avec un sens de l’autodérision certain, il rira de son incapacité à écrire des albums dépouillés de claviers ou à ne pas faire appel à des chanteurs. A ce titre, il déclare solennellement qu’il travaille sur un album solo et qu’il en sera l’unique vocaliste ! Un entretien sans fards et bourré d’anecdotes qui, j’en mets ma main à couper, ravira le fan d’Arjen Lucassen. Autant que moi-même j’ai pu l’être en y participant.

En fin d’interview, alors que je m’apprête à raccrocher, une évidence me saute aux yeux. Arjen, ça ressemble drôlement à Aryen ! En voilà un prénom qui doit susciter la controverse. Arjen Lucassen me raconte alors l’histoire d’un fan d’Ayreon dont la voiture, dont la plaque portait le nom du groupe, a été vandalisée par des individus persuadés que le groupe avait des affinités avec l’idéologie du IIIème Reich. Le fan en question avait envoyé la plaque à Arjen pour le souvenir. Vautour de journaliste que je suis, je lui demande s’il l’a encore. Quelques secondes plus tard, je trouve dans ma boîte mail cette photo collector.

Cliquez ici pour l’interview



  • Arrow
    Arrow
    Judas Priest @ Vienne
    Slider
  • 1/3