ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Interview   

Hank Von Hell est de retour… et il a la banane !


Si Turbonegro s’est magnifiquement retourné après son départ, trouvant un nouveau frontman charismatique en la personne de Tony Sylvester, Hans Erik Dyvik Husby alias Hank Von Helvete n’en restait pas moins un personnage attachant qui nous a manqué. Parti en 2010 pour la seconde fois sur fond de prise de conscience quant à son mode de vie, la consommation de drogues, le message envoyé aux jeunes, sa responsabilité, et avec l’implication controversée de la scientologie dans sa désintox, le chanteur a sorti un album en compagnie de Doctor Midnight & The Mercy Cult (2011) pour finalement disparaître des écrans radar du rock’n’roll et vivre une vie, semble-t-il, plus rangée.

Mais, aujourd’hui, au diable tout ça. Il n’a fallu qu’un bon coup de pied dans les testicules pour réveiller celui qui se fait désormais appeler Hank Von Hell. Et le résultat est à la hauteur des espérances : Egomania est un album dans la lignée directe de ce que le frontman nous a offert pendant ses années Turbonegro, enchaînant les hits rock’n’roll classieux, festifs et pleins de légèreté. Hank Von Hell est toujours ce personnage excentrique, en témoignent ses réponses à nos questions dans l’entretien qui suit : nous vous laissons lire entre les lignes et faire la part des choses entre propos sérieux et pure digression comique.

Lire l’interview…



Interview   

Steel Panther : gourmands comme des cochons


Ces mecs sont intenables ! Autant pris individuellement on a nos chances pour tirer quelque chose de sérieux de ces clowns, autant lorsqu’on se retrouve face au chanteur Michael Starr et au bassiste Lexxi Foxx ensemble dans une même pièce, avec qui plus est une télévision qui diffuse des clips hard et glam en fond, ce n’est plus la peine d’y compter. Mais est-ce bien ce que l’on recherche chez Steel Panther ? Ce côté exagéré, caricatural, exubérant : C’EST Steel Panther. Alors tant pis si les deux tiers des questions sont passées à la trappe faute de temps ou si les deux larrons nous perdent dans notre plan d’interview, de toute façon c’est eux qui mènent la barque, divaguant et passant du coq à l’âne. Ils sont inépuisables et les questions ne sont au final là que pour relancer leur gouaille.

Forcément, au programme, beaucoup de misogynie (et que leur hôte soit une femme ne les gênent pas le moins du monde pour déblatérer des saloperies) : on vous invite à compter le nombre de « baiser » et « chatte » contenus dans ces lignes. Mais aussi des anecdotes farfelues à tout-va, même si on ne sait pas toujours bien où situer la vérité, et des piques croustillantes et totalement gratuites à l’encontre d’autres musiciens ou formations. Finalement il y a une certaine forme de générosité chez Steel Panther et c’est d’ailleurs la base de son nouvel album, All You Can Eat, avec cette parodie de La Cène de Léonard de Vinci en guise de pochette, érigée en « symbole pour montrer que c’est pour tout le monde. […] Tu sais, les pizzas, la bière, les bonbons, la drogue, Dio… »

Pour se faire une bonne tranche de rire, c’est par là.



  • Arrow
    Arrow
    Sons Of Apollo @ Lyon
    Slider
  • 1/3