ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Nouvelles Du Front   

Décès d’un fan au concert de Suicidal Tendencies : tragique ironie


Quand un fan, en Suisse, décède suite à un slam mal négocié dans le public lors du concert de Suicidal Tendencies, c’est vrai qu’aujourd’hui cela ne laisse pas sans rappeler Randy Blythe accusé en 2012, en République Tchèque, d’homicide involontaire sur un stage-diver lors d’un concert de Lamb Of God à Prague, lui aussi décédé après une mauvaise chute. Cependant, c’est là le seul point commun avec cette nouvelle tragédie. Car ce qu’il s’est passé la semaine dernière à la Kulturfabrik Kofmehl de Solothurn se veut légèrement différent et au-delà des tristes conséquences du cas Blythe. Là où en République Tchèque l’affaire est devenue celle de la justice en quelques heures après avoir couvé pendant près de deux ans, en Suisse les autorités l’ont de suite reconnu : « c’est un accident ». Un triste accident.

Le 22 janvier dernier, c’est donc lors du Persistence Tour des Américains de Suicidal Tendencies (accompagnés de Terror, Strife, Evergreen Terrace mais également des Français de The Arrs) qu’un spectateur suisse âgé de 28 ans a fait une sale chute après avoir mal été réceptionné par le public lors d’un « stage diving ». Suite à celle-ci l’intéressé a été immédiatement pris en charge par l’unité d’urgence de la salle, avant d’être transporté au Bern University Hospital. Victime d’une crise d’épilepsie à son arrivée, il est décédé deux jours plus tard.

Lire la suite…



Blow Up Your Video   

Krokus : Sex, Dog & Rock’n’Roll


Défi du jour : citer au moins cinq groupes de metal (ou de hard rock) suisses? Pas évident, n’est-ce pas ? Quelque part, à l’image de ses frontières, la Suisse et ses combos de metal restent très cloisonnés, et ce même pour les chevelus français, voisins directs. Pourtant, le pays des montres et du chocolat (attention cliché !) reste une contrée qui a de quoi faire. Le pays possède indéniablement un large éventail qui, malheureusement, ne parlera qu’à certains vrais initiés. Sybreed, Gotthard, Samael, des noms connus pour les amoureux de musique métallique qui aiment mettre leur nez dans les recoins du monde underground (même si Gotthard est loin d’être underground, au moins chez eux). Ajoutons à cela Eluveitie, qui bénéficie de la popularité du genre folk metal. Ou Coroner, que des années d’absence ont enfin permis d’ériger en groupe culte. Et seuls les plus férus amateurs de son seventies sont capables de citer Toad.

Toutefois, la plupart de ces noms ont généralement du mal à atteindre l’esprit du hardos lambda. Celui qui aime la bière et les bons riffs qui transpirent le sexe, l’alcool et surtout l’amour du rock’n’roll. Pourtant, pour ça, la Suisse a Krokus, qui s’est récemment produit sur la scène du Hellfest lors de la journée du samedi. Le groupe, pour ceux qui ne connaîtraient pas, évolue dans un hard rock dans la droite lignée d’un AC/DC, a été formé en 1975 (quand même), et pourtant, il semblait que c’était une découverte pour une bonne part de metalleux campés devant les Mainstages du festival de Clisson, sauf, bien sûr, pour les quadras/quinquas des premiers rangs. Alors que, malgré quelques coups d’arrêts dans son histoire, le groupe reste actif dans le paysage et a sorti en février dernier son nouvel album, Dirty Dynamite, et vient de dévoiler le clip de « Dög Song ». Un nouvelle vidéo qui montre que la vie de rockeur, c’est une sacrée vie de chien.

Voir le clip et lire la suite.



Éditorial   

Objectif : francophonie


Parce que Radio Metal touche semaines après semaines de plus en plus de monde (à titre indicatif : tous les huit à dix jours, c’est mille fans de plus sur notre page Facebook, soit, potentiellement, un millier de nouvelles personnes qui peuvent venir à la découverte de notre site), il peut être bon de ré-expliquer comment marche cette drôle de bête. A commencer par ce qui se situe tout en haut de cette page : les deux icônes représentant les drapeaux britannique et français.

Notre média est français, basé en France mais vise aussi plus large depuis toujours ; et pour cela, il faut manier la langue des échanges internationaux par excellence : l’anglais. Pour cette raison, on trouve sur la partie anglophone de notre site toutes nos interviews d’artistes internationaux dans la langue de Presley mais aussi certains articles d’importance majeure que nous relayons ensuite vers des médias internationaux spécialistes du metal (Blabbermouth, Bravewords…).

Mais c’est bien sûr, encore, la partie française qui est la plus riche (pas de News Express, par exemple, du côté anglais) et que nous alimentons en permanence, jour après jour, du lever au coucher du soleil, puisque, comme à peu près tout le monde, nous sommes de bien meilleurs manieurs de mots dans notre langue maternelle, et parce que nous n’avons pas encore les moyens (au moins humains) d’entretenir également ces deux parties.

Mais figurez-vous que nous nous sommes récemment rendus compte (certains, taquins, diront : « Il était temps ! ») que même en français, nous pouvions être un média international.

Lire la suite…



Vide(o)rdure   

Mais que va-t-on faire de Joey DeMaio ?


C’est avec des choses comme celle-ci qu’on peut parfois se sentir gêné d’être fan de metal. Quand des types comme le bassiste de Manowar entretiennent encore de tels clichés sur le metal et croient être dans le vrai, on a un peu honte. La prochaine fois que Joey nous enverra un message, ce sera peut-être en brandissant une lourde épée et seulement vêtu d’un slip en peau de bête (à l’ancienne, quoi).

Sur cette vidéo publiée hier sur YouTube, il vient faire la promo du concert de Manowar du 25 mars prochain à Bâle, en Suisse. Traduction : « Ici Joey DeMaio. J’en appelle à tous nos fans italiens pour combattre l’Empire du Mal et marcher sur la Suisse. Soyez présents et montrez la puissance des fans italiens en Suisse. De même pour les fans français : sortez de France ! De même pour les Belges… Nous allons marcher sur la Suisse. Au St. Jakobshall. Soyez là ! Fuck the world ! »


Attention les Suisses : l’Italie, la France et la Belgique vont venir vous montrer leur puissance et vous en mettre plein le… Ça vous apprendra à cacher l’Empire du Mal derrière votre soi-disant neutralité ! Et je vous défends de dire que Joey DeMaio devrait consulter un neurologue avant de voir voler des dragons dans le ciel bleu des Alpes.



  • Arrow
    Arrow
    Alice Cooper @ Paris
    Slider
  • 1/3