ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Interview   

Bring Me The Horizon : l’esprit positif


Bring Me The Horizon

Bring Me The Horizon est en pleine mutation depuis son album Sempiternal sorti en 2013 et qui voyait le combo de Sheffield s’éloigner des codes habituels du metalcore, pour embrasser des éléments de rock alternatif et d’électronique. Et cet opus est un exemple même de virage bien négocié puisque c’est avec un beau succès qu’il a été reçu, même au-delà de la sphère des fans habituels de Bring Me The Horizon. Il n’est donc pas étonnant de les voir aujourd’hui aller beaucoup plus loin dans cette direction avec son nouvel album That’s The Spirit, presque totalement débarrassé de sa parure metalcore. Le groupe revient confiant, si bien qu’il a été jusqu’à produire l’album par lui-même, avec le chanteur Oli Sykes et le claviériste Jordan Fish aux manettes. Ce dernier est d’ailleurs désormais pleinement intégré au groupe, et sa contribution apparaît comme essentielle.

Nous avons eu l’occasion d’échanger sur tout ça avec le bassiste et membre fondateur Matt Kean. Voici, ci-après, ses propos rapportés découpés par thèmes.

Lire l’interview…



Interview   

Bring Me The Horizon s’infiltre dans une nouvelle voie


Bring Me The Horizon est à l’heure actuelle le groupe de metal à succès le plus détesté par une certaine frange du public metal, du moins sur la Toile. Ce qui ne dérange pas le moins du monde son chanteur Oli Sykes, qui ne s’intéresse pas à ce qu’on dit de lui et du groupe sur Internet. D’ailleurs, le fait que les gens réagissent de manière passionnée – car personne n’est neutre à propos de Bring Me The Horizon – est pour Sykes quelque chose de positif.

Le groupe sort Sempiternal, un nouvel album qui ne changera pas l’opinion des grincheux. Parce que, de base, c’est de toute façon un album de Bring Me The Horizon. Mais aussi parce que le groupe évolue sereinement vers une sphère électro qui n’est, d’après le vocaliste, que le début d’une évolution qui s’annonce « dingue », avec l’arrivée au sein du groupe du claviériste Jordan Fish. Ce dernier semble avoir ouvert l’horizon musical de la formation.

Sempiternal en est le premier témoignage. Un album gorgé de sons électriques où le chant clair prend une place importante. Des parties vocales très inspirées de Linkin Park dont Sykes dit être admiratif et qui ont représenté pour lui un véritable défi.

Nous avons profité de cet entretien avec lui pour parler jeux vidéos et plus particulièrement de Metal Gear Solid, ambitieuse saga de jeux à laquelle le groupe glisse un petit hommage dans son album. Une série qui a bouleversé plus d’une génération de joueurs et bien connue pour être bien plus qu’un jeu ou même qu’un jeu scénarisé : une expérience.

Lire l’interview…



Nouvelles Du Front   

Quand Bring Me The Horizon déchaîne les foules…


Il est vrai que nous ne serions pas contre si nous avions l’opportunité de mettre une baffe ou deux à Oli Sykes, chanteur de Bring Me The Horizon, son groupe – comme d’autres dans le genre metalcore – affichant bien souvent une attitude d’ados attardés à la « rebellitude » de comptoir exaspérante, formant une belle brochette de têtes à claques. Mais nous n’irions sans doute pas, pour cela, jusqu’à gâcher un de leurs concerts.

Le 3 octobre, lors du passage de BMTH à Salt Lake City, dès l’entrée sur scène de la formation, les choses ont mal tourné. Le groupe attaque le premier morceau et des projectiles, bouteilles d’eau et autres, sont balancés du haut du balcon de la salle. Réaction immédiate de Sykes : il réclame que les responsables se calment tout de suite ou se cassent. Rien n’y fait ; le groupe montre déjà un ras-le-bol, le guitariste jette son instrument, le chanteur décide de répliquer : il insulte les trouble-fêtes et envoie à son tour de l’eau sur les premiers rangs où (on le devine, sinon ça n’a aucun sens) doivent se trouver d’autres personnes qui sont moins là pour la musique que pour mettre le merdier.

Mais très vite les choses dérapent…

Lire la suite…



CR De Festival   

Sonisphere 2011 : compte-rendu de la journée du vendredi 8 juillet


La première édition du Sonisphere français vient de se tenir à Amnéville les 8 et 9 juillet. Un véritable événement car pour la première fois de l’Histoire le Big 4 représenté par Metallica, Megadeth, Slayer et Anthrax se produisait en France. Mais durant deux jours ce sont bel et bien vingt artistes (Slipknot, Airbourne, Dream Theater, Gojira, Mastodon, Papa Roach, Loudblast et beaucoup d’autres) qui ont arpenté les planches des scènes Saturn et Apollo. Après des reportages aux Greenfield, Hellfest et Main Square, voici le quatrième volet de nos aventures estivales avec la première journée du Sonisphere qui a eu lieu le vendredi 8 juillet. NB : le live report de la journée de samedi est également disponible.

Arrivés sur les lieux aux alentours de midi, nous visitons le site peu avant l’ouverture du site aux festivaliers. Tandis que l’organisation s’active pour finaliser les derniers préparatifs, nous profitons du calme avant la tempête et découvrons les scènes, montées sur un terrain en béton légèrement en pente.

Lire la suite…



  • Arrow
    Arrow
    Warm-Up Hellfest @ Nantes
    Slider
  • 1/3