ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Nouvelles Du Front   

L’hyperactif Timo Tolkki n’a plus le goût


L’image médiatique de Timo Tolkki s’est considérablement dégradée au fil des années. Inutile d’en rajouter sur le clash avec Stratovarius et sur la dégradation publique de sa santé mentale. Depuis, il a multiplié, non sans un acharnement presque pathétique, les projets éphémères tels que ce Revolution Renaissance qui n’a que peu convaincu ou ce Symfonia, supergroupe d’un autre temps dont l’album et les prestations scéniques nous avaient montré avec effroi que le speed metal mélodique avait terriblement vieilli et que tout y avait été dit. Et c’était sans compter sur cette idée, certes intéressante, mais légalement farfelue et d’un goût douteux vis-à-vis de ses anciens collègues, de remonter le line-up originel de Stratovarius pour sortir un disque. Disque dont nous n’avons pas de nouvelles depuis plus de six mois. Pas de jugement ici sur ces choix artistiques, mais le fait est que la sauce n’a tout simplement pas pris, l’homme le reconnaît lui-même : « Ça n’avait plus aucun sens d’essayer de ‘conquérir’ le monde du metal alors qu’il était évident que les gens n’étaient pas assez intéressés. Entendons-nous bien, ce n’est pas grave si ça n’intéresse pas. »

Récemment, le guitariste se lançait dans un nouveau projet, consistant à proposer ses services en matière de mastering et de mixage avant, quelques jours plus tard, de publier un communiqué annonçant son probable retrait de la sphère musicale, du moins en tant que compositeur. Un communiqué vulnérable, touchant et visiblement sincère quoique, au vu de l’image de personnage mentalement fragile dont il aura du mal à se défaire, il est difficile de ne pas douter de la véracité de certains événements parfois surréalistes qu’il décrit. Difficile aussi de ne pas sourire face à l’introduction de son raisonnement, certes logique, selon lequel c’est un gâteau qui l’aurait convaincu de prendre cette décision. Néanmoins, et c’est le plus important, sa conclusion globale évoquée plus haut est pleine de bon sens, bien qu’il n’y ait jamais à se réjouir qu’un artiste en arrive à un tel aveu d’échec.

Lire son communiqué…



CR De Festival   

Sonisphere 2011 : compte-rendu de la journée du vendredi 8 juillet


La première édition du Sonisphere français vient de se tenir à Amnéville les 8 et 9 juillet. Un véritable événement car pour la première fois de l’Histoire le Big 4 représenté par Metallica, Megadeth, Slayer et Anthrax se produisait en France. Mais durant deux jours ce sont bel et bien vingt artistes (Slipknot, Airbourne, Dream Theater, Gojira, Mastodon, Papa Roach, Loudblast et beaucoup d’autres) qui ont arpenté les planches des scènes Saturn et Apollo. Après des reportages aux Greenfield, Hellfest et Main Square, voici le quatrième volet de nos aventures estivales avec la première journée du Sonisphere qui a eu lieu le vendredi 8 juillet. NB : le live report de la journée de samedi est également disponible.

Arrivés sur les lieux aux alentours de midi, nous visitons le site peu avant l’ouverture du site aux festivaliers. Tandis que l’organisation s’active pour finaliser les derniers préparatifs, nous profitons du calme avant la tempête et découvrons les scènes, montées sur un terrain en béton légèrement en pente.

Lire la suite…



  • Arrow
    Arrow
    Ghost @ Paris
    Slider
  • 1/3