ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Blow Up Your Video   

Brainstorm contre la torture télévangéliste


En France, allumer la télévision conduira quasi inévitablement le téléspectateur à tomber nez à nez sur l’une des nombreuses absurdités qui forment le paysage télévisuel actuel : téléréalité, téléachat, pseudo-sujets de société dans des programmes de racolages sur les familles hantées par le monstre d’un ado incontrôlable ou des commerces en déroute gérés par des incapables. Mais n’est-ce pas là l’un de ses buts, au téléspectateur, lui qui est avide de décompression intellectuelle, éminemment favorisée par le petit écran ? Quelle diablesse de télé, toujours là pour vous tenter !

Cependant il faut relativiser et surement s’estimer heureux. Car outre-Atlantique, dans cette Amérique puritaine et profondément religieuse où tous les discours prolifèrent (surtout quand ils sont religieux, ou se voulant comme tel), allumer le petit écran peut vous conduire à devoir vous coltiner, en plus des mêmes types de programmes que dans nos contrées, ces colporteurs de foi, arnaqueurs de première catégorie et qui pire que de venir sonner à votre porte entre midi et deux (quand ils sont à peu près sûrs de vous trouver chez vous), viennent vous faire les yeux doux à travers la lucarne posée au milieu du salon au moment où vous vous montrez le plus vulnérable : les télévangélistes. Ceux-la même qui rappellent que l’amour du Seigneur et ses bonnes grâces ont un prix, et qui ne manquent pas de vous servir ça, à la télé, façon télé-shopping des potes de Jésus. Après tout, Dieu c’est aussi une marque. Du shampoing labellisé « Grand Patron » qui vous lave de vos péchés, au GPS vous menant au Paradis et aux Bibles qui contiennent la vérité, tout s’achète et tout se vend, surtout quand le Père fondateur est derrière tout ce beau monde. Et ce sont ces marchands d’opium du peuple du XXIe siècle que les Allemands de Brainstorm ont décidé de tacler via leur tout nouveau clip d’un tout nouveau titre, « Firesoul », extrait de l’album du même nom à venir le 4 avril prochain.

A voir dans la suite…



Ce qu'ils en pensent    Interview   

Entretien avec Corbier : on n’a pas trouvé plus décalé


Nous avons rencontré François Corbier à l’occasion de sa venue à Lyon pour plusieurs concerts. Et on ne peut pas dire que le personnage ne soit pas tel que l’on peut se l’imaginer, à savoir drôle, bon enfant, insolent, pitre. Par exemple, lors du déjeuner qui s’est tenu quelques minutes avant cette interview dans un restaurant situé à proximité des studios, François Corbier n’hésitera pas à accoster nos voisins de table à propos de leur tenue vestimentaire ou à demander un fruit en guise de dessert. « Un fruit…? » demandera le serveur interloqué. « Oui oui, un fruit… » insistera Corbier. Le serveur : « Très bien donc vous voulez la carte des desserts ? ». Réponse : « Non non je veux un fruit. Vous savez ce qui pousse dans les arbres ?! ». Sa première phrase en entrant dans nos studios étant également « Si on ne me sert pas un café, je me casse ! » (à noter qu’il n’a finalement réclamé qu’un verre d’eau au cours de l’interview).

Ajoutons à cette liste l’adjectif « déroutant », tant sa répartie peut être déstabilisante, son discours désarmant et ses vannes inattendues. Qui plus est, il est peut-être la personne la plus hermétique à notre style musical à laquelle nous ayons eu personnellement affaire directement en cinq ans d’activité. Ses propos à ce sujet pourront paraître extrêmement vexants et manquant d’ouverture d’esprit. Néanmoins, et Corbier insistera là-dessus à plusieurs reprises, il ne s’agit que de son ressenti par rapport à ses propres affinités musicales. Ressenti qui n’a, par ailleurs, pour fondement qu’un a priori qui ne lui donne pas envie de se forcer pour aller plus loin. Bref, ce n’est pas son truc.

Il n’aurait donc à part ça pas grand chose à dire sur cette musique, mais en revanche son observation sur les raisons de l’affection que lui porte pourtant le public metal du fait de son statut « de mec bizarre dans cette émission » (vous voyez de quelle émission il parle, n’est-ce pas ?) ou sur la place que peut ou ne peut pas avoir ce style dans la culture française.

Nous n’avons pas parlé que de metal avec Corbier. Aujourd’hui chansonnier, il ne joue pas la carte de la nostalgie, par conséquent son passé au Club Dorothée ne lui semble pas être un sujet intéressant à aborder : « La nostalgie, c’est très agréable mais ça ne fait pas un public de chansonnier ». Néanmoins, ce passé ne peut être complètement occulté, puisque pour de nombreuses raisons évoquées dans cette longue interview, il lui nuit.

Lire et écouter cette interview…



Nouvelles Du Front   

L’avenir du Metal sur Biactol TV


Ils ont osé ! Black Bomb A est passé sur un jeu télévisé de la web-tv Goéland. Non pas que Goéland TV soit mauvaise dans son genre, mais que penser de ce « Question Pour un Champion » version ras les pâquerettes ? Les questions n’ont que peu d’intérêt et l’humour est digne des chahuts de collégiens. Peu de chose à retenir au final, si ce n’est un groupe français derrière le pupitre, même si cela fait peine à voir.

Ultra Vomit avait d’ailleurs lui aussi participé par le passé à ce jeu. Et un constat se dessine : des groupes tels que Black Bomb A et Ultra Vomit semblent clairement s’orienter vers un public de jeunes loups. Il suffit d‘aller à l’un de leurs concerts pour remarquer que la moyenne d’âge est tout autant ras les pâquerettes que l’humour de l’émission précitée. Mais comment en vouloir à ces groupes, aujourd’hui ? Cela reste encore les plus jeunes qui mettent le mieux le boxon en concert et qui transforment une prestation en vraie fête. Mais force est de constater que la maturité des propos et des actes est parfois consternante. Jouer au marginal de façon superficielle semble être une mode chez la jeune génération. Et si le metal était voué à avoir ce simple rôle dans le futur ? Aider les jeunes à faire leur petite crise d’adolescence…

Cette petite réflexion mise à part, il est bien connu que l’adolescent passe le plus clair de son temps libre avachi comme un mollusque, l’air béat, devant sa télé. Examinons donc d’un peu plus près ce que ce légume vert a à se mettre sous la dent en terme de Hard et de Metal sur le support audiovisuel Français.



  • Arrow
    Arrow
    Def Leppard @ Hellfest
    Slider
  • 1/3