ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Interview   

Dans l’esprit de Rudolf Schenker


« Voilà la traduction de l’interview de Rudolf Schenker [NDLR : au Nancy On The Rocks]. Comme je te l’ai dit, il est complètement bourré et dit des trucs bizarres. J’ai mis quelques points d’interrogation par moments parce que je ne savais pas de quoi il parlait. Sinon, il dit globalement des trucs très étranges, j’ai fait de mon mieux pour retranscrire sa logique de mec bourré, mais enfin ça vaut ce que ça vaut. » nous envoyait notre traductrice Chloé à propos de cette interview d’un Rudolf Schenker dans un état que nous qualifierons de festif. L’homme avait en effet la voix fatiguée et une articulation imprécise trahissant ce que l’on ne pouvait pas voir à travers ses lunettes de soleil. Tout showman qu’il est sur scène, il est également un spectacle après quelques verres. Rudolf s’excite, coupe la parole, vous agrippe l’épaule, se lève en agitant les bras d’un air urgemment inspiré. Une inspiration qu’il suit sans se retourner pour nous livrer de bien inattendues et abstraites analyses. Analyses, allant de Karl Lagerfeld (ce dernier se reconnaitrait-il donc dans le look de Rudolf ?) aux quatre dimensions de Saint-Pétersbourg, face auxquelles nous avouons honnêtement mais honteusement notre impuissance.

Néanmoins, mis à part ces quelques emballements, il reste cohérent, si l’on excepte les plus concrètes questions quant à l’absence de show « familial » au Nancy On The Rocks. Un sujet qu’il évite grossièrement, plus par volonté de noyer le poisson que du fait d’un envisageable état d’ébriété.

Mais jugez par vous mêmes…



Interview   

Scorpions n’en a pas encore tout à fait fini


Il y a un an et demi de cela, interviewant le guitariste Matthias Jabs, nous pensions que c’était sans doute la dernière occasion que nous aurions de lui parler en tant que membre des Scorpions puisque le groupe avait annoncé peu de temps auparavant sa décision de démarrer une tournée d’adieux.

Aujourd’hui, nous nous entretenons à nouveau avec Matthias, leur tournée ne cesse de s’allonger (sans doute jusqu’à 2013 nous avouera-t-il) et ils nous taquinent avec leur album, composé de réenregistrements de certains de leurs classiques des années 80 et de reprises de titres des années 60. Des groupes, et plus généralement une époque, qui ont représenté une influence considérable. Le nom de ce disque est Comeblack, comme un jeu de mots qui signifierait : « Vous croyez qu’on ne part pour de vrai ? Eh bien, on va prendre l’air de revenir pour de faux avec ce titre. ».

C’est donc autour de la nature et de la composition de ce nouveau disque que nous avons axé nos questions. Alors qu’en 2010, le guitariste nous affirmait que le groupe n’aime pas faire de duo (« Nous n’avons jamais aimé enregistrer des duos, même si les maisons de disques ne demandent que ça, pour des raisons marketing et non musicales »), nous n’avons pas manqué de l’interroger sur leur reprise controversée de « Still Loving You » avec la chanteuse Amandine Bourgeois. Quant au travail effectué sur les reprises, il a été minutieux, le groupe ayant même refusé d’enregistrer telle ou telle reprise, ne la jugeant pas assez convaincante.

C’est avec sincérité que Matthias nous a parlé des problématiques que seul un groupe d’une telle notoriété peut rencontrer : Quand s’arrêter ? Comment et où s’arrêter ? Comment concevoir une setlist mondiale et couvrant 40 ans de carrière ?

Un entretien qui revient également sur les différents projets que le groupe souhaite réaliser avant de définitivement tourner la page.

Interview…



Nouvelles Du Front   

Les Scorpions se moquent-ils de nous ?


Tout le monde y a pensé. La tentation d’intituler cet article « Le Comeblague des Scorpions » était grande. Mais cela aurait été téléphoné, admettez. D’autant qu’il y a encore quelques semaines, nous défendions dans ces colonnes, avec l’exemple de Ian Hill, le droit aux groupes de revenir sur une décision finalement difficile à assumer.

Un an et demi après la sortie de ce que devait être l’ultime album du groupe, est annoncé l’imminente sortie (en novembre) d’un nouveau disque intitulé Comeblack. Les détails n’en sont pas connus, mais compte tenu du fait que le groupe a tourné depuis plus d’un an sans s’arrêter, du fait que la seule information pour l’instant connue est la présence d’une reprise d’un titre déjà existant (« Still Loving You », repris avec Amandine Bourgeois, gagnante de l’édition 2008 de la Nouvelle Star), on peut légitimement douter du fait qu’il s’agisse d’un véritable nouvel album studio. Mais plutôt d’une compilation, par exemple de titres réarrangés. Ce qui donnerait tout son sens à ce jeu de mots, Comeblack, qui pourrait ainsi signifier « c’est un retour sans en être un ».

Lire la suite…



  • Arrow
    Arrow
    Mass Hysteria @ Transbordeur
    Slider
  • 1/3