ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

News Express   

TRANSATLANTIC va sortir un nouvel album live


Le label K-Scope informe que TRANSATLANTIC – le supergroupe de prog qui réunit Neal Morse (ex-SPOCK’S BEARD), Mike Portnoy (FLYING COLORS, THE WINERY DOGS), Roine Stolt (THE FLOWER KINGS) et Pete Trewavas (MARILLION) – va sortir un nouvel album live intitulé KaLIVEoscope le 27 octobre prochain. Il sera disponible en éditions deux DVDs, trois CDS audio et en édition Blu-ray.



Chronique   

Transatlantic – Kaleidoscope


Avec Transatlantic, on sait toujours à peu près à quoi s’attendre. C’est ainsi depuis le premier opus qui a posé les bases pour le reste de la discographie de ce regroupement de talents au nom de l’amour du rock progressif. Paradoxal pour un genre, sur le papier, censé repousser les barrières et constamment se renouveler. Mais pas tant que ça quand on sait que la motivation première du combo est de revisiter le rock progressif traditionnel tel que l’ont joué Yes, Genesis, King Crimson et consorts. Dans les sonorités d’abord, (son de synthé d’époque, basse très présente, lead de guitare coulants, batterie naturelle) et dans leur format ensuite, où les musiciens peuvent s’adonner librement à leur verbiage musical, sans contrainte, sans limite de temps.

Lire la suite…



Nouvelles Du Front   

Mais où est Mike Portnoy ?


A la question « où est Mike Portnoy ?», une chose est sûre : partout où vous voulez mais plus dans Adrenaline Mob. Hier soir le combo a publié un message du batteur sur sa page Facebook où Portnoy avoue « qu’il ne peut pas être à deux endroits en même temps » et que, naturellement, il doit faire un choix afin de ne pas retenir et ralentir telle ou telle formation.

Il faut dire que depuis son départ du navire Dream Theater, le clinicien enchaîne projets sur projets, sur projets… Adrenaline Mob, Flying Colors, The Winery Dogs, il joue toujours dans le backing-band de Neal Morse et dans Transatlantic qui enregistre actuellement son prochain album prévu pour début 2014… Sans parler de son groupe de reprises des Beatles : Yellow Matter Custard (qui a surtout l’air d’une récréation), et des master-class et autres interventions publiques qu’il peut faire ici où là… Il fallait forcément que ça claque quelque part à un moment donné. Et malgré un important échauffement, un claquage est si vite arrivé. Et le pire, c’est qu’il vous claque au museau à l’endroit que vous soupçonniez le moins.

Car apprendre que Mike Portnoy, l’homme qui « fait deux millions de choses à la fois », qui s’oppose à un postulat inébranlable qu’est celui de la journée terrestre seulement composée de vingt-quatre heures, doit réduire ses activités quelque part, ne peut surprendre. Là où la surprise se fait plus grande, c’est sur le sacrifié.

Lire la suite.



Interviews   

Neil Morse : generosity and sincerity


We already mentioned Neal Morse’s particular relation to faith in our last interview with him. A relation which inspires him hope that he tries to share without imposing it. When he ends an interview saying “God bless you”, there’s nothing aggressive in it: it’s just a sincere attention.

But music’s the most important, and the message carried through his lyrics has a meaning only because it makes sense with the spirit of his songs. And talking about music, he explained us the way he composes, how his last album Momentum was so quick to write, and also his recurrent inspirations that he can’t get rid of and which he laughs at.

Read the interview…



Interview   

Neal Morse : partage et sincérité


Nous avions déjà évoqué le rapport très personnel de Neal Morse à la foi lors de notre précédente interview avec le multi-instrumentiste. Une relation qui lui inspire un espoir qu’il cherche à partager sans pour autant l’imposer. Quand il conclut une interview en vous disant « Que Dieu vous bénisse », il n’y a rien d’intrusif, simplement une sincère attention.

Mais c’est la musique qui prime et le message qui est véhiculé dans les textes ne l’est que parce qu’il colle avec l’esprit de la chanson. Et à propos de musique, nous avons évoqué avec lui ses habitudes de composition, la rapidité avec laquelle le dernier album Momentum avait été écrit, ainsi que ses influences récurrentes dont il a bien du mal à se débarrasser et dont il rit volontiers.

Cliquez ici pour lire l’interview…



Interviews   

TALKING ABOUT GOD WITH NEAL MORSE


A few years ago, Neal Morse left Spock’s Beard and distanced himself from the music industry to devote himself to God. Since then, given what his faith has brought him,it has become extremely difficult to write about anything else than his relationship with God, in his albums. Together, we talked about this relationship. With no gratuitous preaching on his side, Neal Morse believes that faith lies within someone and is personal, making it important to distinguish God from some religions, which are “really men-based, and not God-based”.

We also used this occasion to take the pulse of his relationship with Spock’s Beard, and of the future of a possible collaboration with his former colleagues, as well as with Transatlantic.

Interview…



Interview   

Parler de Dieu avec Neal Morse


Il y a quelques années, Neal Morse quittait Spock’s Beard et s’éloignait du monde de la musique pour se consacrer à Dieu. Depuis, compte tenu de ce que cette foi lui a apporté, il lui est extrêmement difficile d’évoquer autre chose que son rapport à Dieu dans ses textes d’albums. Nous avons donc évoqué avec lui cette relation. Pas de militantisme invasif dans son discours : pour Neal Morse, la foi est quelque-chose d’intérieur, d’où l’importance de faire la distinction entre Dieu et certaines religions, « plus fondées sur des hommes que sur Dieu ».

Nous en avons également profité pour prendre la température de sa relation avec Spock’s Beard, de l’avenir d’une éventuelle collaboration avec ses anciens collègues, ainsi que de celui de Transatlantic.

Entretien…



Interviews   

Transatlantic touched by Gildenlöw’s grace


Daniel Gildenlöw is gifted. Daniel Gildenlöw is clever. Daniel Gildenlöw is funny. Daniel Gildenlöw is handsome. So what are the qualities left for us that Daniel Gildenlöw would not have? This man must have some hidden vices. The whole picture is too perfect to be true and it is obvious that somewhere, in order to restore the balance, Daniel Gildenlöw hides an awful flaw, something totally unbearable and disgusting! But the guy is hiding it well! And it is not today that this meeting will help you to get the answer.
Daniel Gildenlöw is the amazing Pain Of Salvation’s frontman. A band put into the – too restricted- category of progressive metal and who released this year Roal Salt One, a record inspired by the glorious Seventies. But here again it is not really the subject of our interview. We will have time to talk deeper about it later on since Road Salt Two will be released by the end of the year.

No, because it is really in a Transatlantic performance performance that we met this Apollo. So, for us it was much more relevant to ask him about his own vision as an outsider, a talented jack-of-all-trades, a real entertainer, of this « super band ». Despite the fact that this interview was 100 % improvised, one cannot but notice that as usual, Daniel does not disappoint.

Judge for yourself!



Interview   

Transatlantic touché par la grâce de Gildenlöw


Daniel Gildenlöw est doué. Daniel Gildenlöw est intelligent. Daniel Gildenlöw est drôle. Daniel Gildenlöw est beau. Mais quelles qualités nous restent, à nous autres, que Daniel Gildenlöw n’aurait pas ? Cet homme doit bien avoir des vices cachés. Le tableau est bien trop parfait et il est évident qu’enfouit quelque part, pour rétablir la balance, Daniel Gildenlöw doit avoir un défaut parfaitement immonde, quelque chose d’insoutenable, de vomitif. Mais il le cache bien le bougre et ce n’est pas aujourd’hui, avec cette entrevue que nous vous proposons, que vous allez avoir la réponse.

Daniel Gildenlöw est le frontman des géniaux Pain Of Salvation. Un groupe rangé dans la case – pourtant trop étriquée – du metal progressif et qui a sorti cette année Road Salt One, un disque inspiré par les glorieuses années 70. Mais là encore, ce n’est pas tout à fait le sujet de cet entretien. Nous aurons bien le temps d’en parler plus en profondeur, puisque la suite, Road Salt Two, est prévue pour la fin de l’année.

Non, car c’est bien à un concert de Transatlantic que nous avons rencontré l’apollon et il nous semblait intéressant d’avoir sa vision de ce « super groupe » en tant qu’outsider, homme à tout faire de talent et amuseur de la galerie. Force est de constater que, comme d’habitude, Daniel ne déçoit pas, malgré cet entretien 100% improvisé…

Jugez-en par vous-mêmes.



Nouvelles Du Front   

Mike Portnoy : la fin de l’aventure Dream Theater


C’est tombé hier soir, Mike Portnoy l’a déclaré sur sa page Facebook : il quitte Dream Theater ! Après 25 ans passés dans l’une des plus grandes formations prog encore active dont il était le batteur virtuose et l’un des membres fondateurs, il se sent obligé de quitter son bébé pour s’adonner à son art au sein de projets plus jeunes (comme auprès d’Avenged Sevenfold qu’il a rejoint au cours de l’année).

C’est sans haine ni remords qu’il quitte ses vieux amis. Il l’affirme :

« c’est parce que la machine Dream Theater commençait à [le] broyer (NDLR : tout particulièrement après une énorme tournée en première partie d’Iron Maiden et alors que DT s’apprêtait à se lancer dans la réalisation d’un nouvel album sans même s’accorder au préalable un repos bien mérité) qu’il était nécessaire de s’en éloigner un peu afin de préserver [sa] relation avec les autres membres ». Mais « c’est après avoir vécu des expériences si merveilleuses en jouant avec Hail, Transatlantic et Avenged Sevenfold qu'[il est] arrivé à la triste conclusion qu'[il prenait] plus de plaisir et connaissai[t] de meilleurs rapports personnels dans ces autres projets ».

Alors, fans de DT, n’allez pas vous petit-suissider, ce n’est pas l’arrêt de mort de Dream Theater. Cela représente juste un choix que n’importe quel homme peut faire au cours de sa vie.

Lire la suite…



  • Arrow
    Arrow
    Mass Hysteria @ Transbordeur
    Slider
  • 1/3