ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Interview   

Transatlantic : le choix de l’absolu


A croire que tous les dix ans, Transatlantic se donne un nouveau challenge. En 1999 le quatuor s’est attelé à son premier album alors que les quatre super stars du prog ne se connaissaient quasiment pas. En 2009, c’est sur The Whirlwind qu’ils ont planché, un album constitué d’un seul morceau de soixante-dix-sept minutes. En 2019, les revoilà en studio pour confectionner ce qui deviendra The Absolute Universe, un concept album constitué là encore d’une seule chanson découpée en chapitres, avec une particularité supplémentaire : il a été décliné en deux versions, une version double et une version simple, les deux ne proposant pas tout à fait la même musique…

La démarche est inédite, mais plutôt que d’une volonté de complexifier les choses, elle émane surtout de leur incapacité à se décider ! Une problématique apparemment récurrente dans ce groupe déjà divisé en deux géographiquement. Pour nous en parler, nous avons échangé ci-après avec le chanteur-claviériste Neal Morse qui a eu la tâche de réduire le double album – la version Forevermore – à un seul disque – la version The Breath Of Life –, lui dont l’inspiration – qu’il considère divine – semble intarissable, au vu de la quantité impressionnante d’albums qu’il a sortis ces dernières années.

Lire l’interview…



Interviews   

Transatlantic touched by Gildenlöw’s grace


Daniel Gildenlöw is gifted. Daniel Gildenlöw is clever. Daniel Gildenlöw is funny. Daniel Gildenlöw is handsome. So what are the qualities left for us that Daniel Gildenlöw would not have? This man must have some hidden vices. The whole picture is too perfect to be true and it is obvious that somewhere, in order to restore the balance, Daniel Gildenlöw hides an awful flaw, something totally unbearable and disgusting! But the guy is hiding it well! And it is not today that this meeting will help you to get the answer.
Daniel Gildenlöw is the amazing Pain Of Salvation’s frontman. A band put into the – too restricted- category of progressive metal and who released this year Roal Salt One, a record inspired by the glorious Seventies. But here again it is not really the subject of our interview. We will have time to talk deeper about it later on since Road Salt Two will be released by the end of the year.

No, because it is really in a Transatlantic performance performance that we met this Apollo. So, for us it was much more relevant to ask him about his own vision as an outsider, a talented jack-of-all-trades, a real entertainer, of this « super band ». Despite the fact that this interview was 100 % improvised, one cannot but notice that as usual, Daniel does not disappoint.

Judge for yourself!



Interview   

Transatlantic touché par la grâce de Gildenlöw


Daniel Gildenlöw est doué. Daniel Gildenlöw est intelligent. Daniel Gildenlöw est drôle. Daniel Gildenlöw est beau. Mais quelles qualités nous restent, à nous autres, que Daniel Gildenlöw n’aurait pas ? Cet homme doit bien avoir des vices cachés. Le tableau est bien trop parfait et il est évident qu’enfouit quelque part, pour rétablir la balance, Daniel Gildenlöw doit avoir un défaut parfaitement immonde, quelque chose d’insoutenable, de vomitif. Mais il le cache bien le bougre et ce n’est pas aujourd’hui, avec cette entrevue que nous vous proposons, que vous allez avoir la réponse.

Daniel Gildenlöw est le frontman des géniaux Pain Of Salvation. Un groupe rangé dans la case – pourtant trop étriquée – du metal progressif et qui a sorti cette année Road Salt One, un disque inspiré par les glorieuses années 70. Mais là encore, ce n’est pas tout à fait le sujet de cet entretien. Nous aurons bien le temps d’en parler plus en profondeur, puisque la suite, Road Salt Two, est prévue pour la fin de l’année.

Non, car c’est bien à un concert de Transatlantic que nous avons rencontré l’apollon et il nous semblait intéressant d’avoir sa vision de ce « super groupe » en tant qu’outsider, homme à tout faire de talent et amuseur de la galerie. Force est de constater que, comme d’habitude, Daniel ne déçoit pas, malgré cet entretien 100% improvisé…

Jugez-en par vous-mêmes.



  • Arrow
    Arrow
    Slipknot @ Lyon
    Slider
  • 1/3