ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Nouvelles Du Front   

Les scatophiles chibrophages de l’enfer


Il y a de nombreux éléments de l’univers metal que la plupart des metalleux cherchent à préserver comme le doudou ou tout autre souvenir chéri de leur enfance, même malgré certains aspects puérils et jaunis, car c’est souvent ce qui en a amené plus d’un à plonger dans ce milieu. Et c’est généralement ce sur quoi les détracteurs de cet autre monde tapent en premier : imagerie satanique, décibels, apologie de la débauche et l’allure de dégénérés que certains hedbangueurs (côté public comme côté scène) affichent joyeusement et sans complexe. Couramment, c’est ce qu’on appelle le « folklore ». Et c’est donc avec le sourire qu’on accueille la découverte de groupes qui n’ont pas de complexe à aligner tous ces éléments et même plus encore.

Il est, selon sa bio, « l’un des secrets les mieux gardés du metal underground » et, à voir les têtes des membres du groupe (oui, oui, il paraît que ce sont eux sur la photo ci-dessus, cliquez donc sur l’image pour l’agrandir), on a dû les garder bien longtemps sous terre, à l’abri des regards. Venus de Detroit (sacrée ville que celle-là), ils se font appeler… attention, écartez mémé : Shitfucker. Et ils vont sortir un album.

Lire la suite…



Interviews   

Fenriz (Darkthrone): the apostle of the old sound


It probably didn’t escape anyone: Darkthrone’s newest album, explicitly titled The Underground Resistance, is a statement – the demanding of recognition for traditional 80’s heavy metal. It’s also a fight for the preservation of production methods that used to end up in an “old sound”, where “instruments sounded like they were being played”.

Fenriz – Gylve Fenris Nagell on his passport – dwells on this subject in minute detail, with conviction and honesty, in the following interview. From there, we tried to explore the man’s personality and to get him to talk about his vision of superficiality, travels and humor.

The interview was conducted by e-mail, since Fenriz would rather answer questions in writing. Still, the man didn’t try to be evasive and took the time to answer conscientiously. The resulting interview helps understand Darkthrone’s philosophy and that of one of the band’s two masters. We chose to publish the interview as we received it, with certain words written in capital letters and the onomatopoeic laughter.

Read the interview.



Interview   

Fenriz (Darkthrone) : apôtre du vieux son


Cela n’a échappé à personne : il y a une vraie revendication, un vrai combat qui est mis en avant avec le nouvel album de Darkthrone, intitulé, explicitement, The Underground Resistance. Ce combat est celui de la reconnaissance et la conservation de la tradition du heavy metal des années 80. C’est aussi le combat pour la préservation des vieilles méthodes de production qui offraient un « vieux son », où « les instruments sonnaient comme des instruments qui étaient joués ».

Fenriz, Gylve Fenris Nagell de son vrai nom, nous en parle en détails, avec conviction et sans garder sa langue dans sa poche, dans l’entretien qui suit. A partir de là nous avons cherché a explorer la personnalité du personnage jusqu’à son rapport à la superficialité, les voyages ou l’humour.

L’entretien a été réalisé par e-mail – un choix de Fenriz qui préfère répondre aux interviews par écrit. Pour autant, force est de reconnaître qu’il a joué le jeu et a pris le temps de répondre consciencieusement. Le résultat permet ainsi de mieux saisir la philosophie de Darkthrone, et, à plus forte raison, de l’un de ses deux capitaines. A noter que nous avons conservé ses choix d’écriture, à savoir les mots qu’il a explicitement écrit en majuscules ou ses rires écrits en onomatopées.

Lire l’entretien…



  • Arrow
    Arrow
    Slipknot @ Lyon
    Slider
  • 1/3