ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Interview   

Joe Stump : lumière sur le Shredlord


Tout juste avons-nous raccroché avec Graham Bonnet que nous enchaînons directement avec Joe Stump, qui tuait le temps sur sa guitare en attendant notre appel… Comme toujours ! Cet amoureux de la six-cordes a toujours à portée de main ou entre les mains une de ses Stratocaster (ou ESP imitation) et c’est d’ailleurs comme ça qu’il est parvenu à devenir l’un des shreddeurs les plus talentueux de sa génération. C’est aussi le meilleur conseil que cet enseignant au prestigieux Berklee College Of Music puisse donner à ses élèves : jouer, jouer et encore jouer. Et peut-être regarder une ou deux vidéos de Ritchie Blackmore, Yngwie Malmsteen ou Michael Schenker… Car c’est bien en marchant dans les pas de ces derniers qu’il s’est construit son style metal néoclassique, agrémenté de nervosité blues. Pas étonnant qu’on le retrouve aujourd’hui aux côtés de Graham Bonnet, justement, pour ressusciter Alcatrazz.

C’est donc pour nous parler de sa rencontre avec les historiques d’Alcatrazz, de son rapport au groupe – et à ses anciens guitaristes – et du nouvel album Born Innocent que nous l’avons joint, mais aussi et surtout pour faire plus ample connaissance avec celui qui se fait appeler le Shredlord. Entre influences européennes versus américaines et art du shred, voici un tour d’horizon de qui est Joe Stump.

Lire l’interview…



Interview   

Graham Bonnet : retour à Alcatrazz


Graham Bonnet est un nom qui devrait parler à de nombreux adeptes de classic rock. Il fait partie de ces chanteurs emblématiques du rock qui ont posé leur voix sur les riffs de nombreux guitaristes prestigieux et légendaires : Ritchie Blackmore, Michael Schenker, Yngwie Malmsteen, Steve Vai, Chris Impellitteri… Mais c’est aussi un nom indissociable d’un groupe qui aura été un véritable révélateur de talent, et dont la courte carrière a durablement marqué le hard et le metal : Alcatrazz.

Depuis la fin d’Alcatrazz en 1987, après un troisième album, Dangerous Games, Graham Bonnet a passé une carrière à butiner à droite, à gauche, effectuant dans les années 2000 plusieurs tentatives infructueuses de faire revivre Alcatrazz… jusqu’à aujourd’hui. Born Innocent est l’album qu’on n’espérait plus, revenant en grande partie au style de No Parole from Rock ‘n’ Roll (1983). Non, Yngwie Malmsteen n’est pas de retour (il n’a même pas voulu proposer de contribution, contrairement à Steve Vai et pléthore d’invités), mais Born Innocent met en lumière l’un de ses disciples les plus remarquables, à la carrière déjà longue de quasiment trente ans en solo : Joe Stump.

C’est un Graham Bonnet jovial mais dévoilant de temps en temps quelques pointes d’amertume – ou de réalisme – que nous avons eu au téléphone pour nous parler de cette seconde vie d’Alcatrazz mais aussi de sa carrière et de son innocence perdue…

Lire l’interview…



Interview   

Joe Satriani : l’élève, le professeur, le héros


Œuvrant depuis trente-cinq ans en tant que guitariste solo, il n’a pas fallu longtemps à Joe Satriani pour rencontrer un vrai succès populaire. A sa propre surprise : la musique instrumentale n’est pas réputée bankable. Ce succès, qu’il doit certainement, plus encore qu’à sa technique éblouissante, à son style mélodique, aussi inventif qu’efficace, lui permet aujourd’hui d’incarner le modèle même du guitar hero moderne. Pourtant, relativement modeste, prônant avant tout la discipline et le travail, et balayant le concept de « guitar hero », Joe Satriani n’a pas toujours été destiné à une telle carrière. Si la guitare a toujours été son amour, son ambition était d’abord celle de Squares, un trio éphémère de pop rock fondé à la fin des années 70, et dont il sort aujourd’hui, pour la première fois, les musiques via un Best Of The Early 80’s Demos à la fois curieux et plein de nostalgie.

C’est à l’occasion de cette sortie que nous avons plongé avec Joe Satriani dans ses jeunes années et ses débuts professionnels. Outre la période Squares, celle de transition qui a suivi, le démarrage de sa carrière solo ainsi que ses « jobs » ponctuels auprès de Mick Jagger ou au sein de Deep Purple, il est également question de Jimi Hendrix, qui lui a donné l’impulsion pour devenir guitariste et dont il est revenu il y a peu d’une tournée hommage, mais aussi de ses autres héros, mentors et professeurs. Professeur, il l’a d’ailleurs lui-même été, instruisant de jeunes guitaristes devenus, comme lui, des super stars de la guitare, à l’instar de Steve Vai ou Kirk Hammett.

Le guitariste, d’un naturel simple et agréable, a pris son temps (plus d’une heure…) pour échanger avec nous. En résulte un entretien riche, instructif et bourré d’anecdotes.

Lire l’interview…



News Express   

Steve Vai : les détails de la réédition de Modern Primitive


Steve VAi re-sortira son dixième album, intitulé Modern Primitive, le 7 juillet via Favored Nations Entertainment. Voir les détails…



News Express   

TWISTED SISTER, STEVE VAI et DWEEZIL ZAPPA seront présents à Guitare En Scène


La dixième édition du festival Guitare En Scène se tiendra du 14 au 17 juillet 2016 à Saint-Julien-En-Genevois [74]. Le festival annonce de nouveaux noms sur son affiche visible ci-dessous. Voir les noms…



News Express   

STEVE VAI de passage à Paris en juin


Le producteur de spectacles Nous Productions annonce que STEVE VAI sera de passage au Trianon de Paris le 26 juin prochain pour le vingt-cinquième anniversaire de son album Passion And Warfare.

Retrouvez toutes les dates de concerts dans notre Agenda Concerts et gagnez vos places en adhérant à Radio Metal.



News Express   

Steve Vai rejoint SEPULTURA sur scène ; vidéo disponible


Le guitariste Steve Vai a rejoint SEPULTURA sur scène lors de leur concert donné au festival Rock In Rio USA le 9 mai dernier à Las Vegas. Une vidéo de l’événement filmée de manière professionnelle est disponible. Voir la vidéo…



Blow Up Your Video   

Steve Vai : un nouveau duel


Les plus mélomanes des cinéphiles (et inversement : les plus cinéphiles des mélomanes) se souviennent d’un duel légendaire impliquant Steve Vai. C’était dans le film Crossroads (1986) où il affrontait Ralph Macchio, l’ado star de Karaté Kid. Alors, non, il ne s’agissait pas de se mettre des coups de pieds dans la gueule. Vai incarnait un agent du Diable dans un duel de guitares dans une boîte de blues du Mississippi. Et aujourd’hui, il affronte quoi ? Deux Croates avec des violoncelles dans une supermarché de la musique bien propret. Ca change…

Bon, le contexte reste encore plus ou moins infernal puisque c’est pour une reprise de « Highway To Hell » de vous-savez-qui par les 2Cellos. On vous avait déjà présenté ce duo de violoncellistes électriques il y a à peu près un an qui font des reprises rock ou metal. Ils ont depuis fait leur chemin et vont sortir en janvier prochain leur deuxième album, In2uition, sur lequel ils ont invité des chanteurs comme Zucchero et Elton John ou des musiciens comme Steve Vai.

Lire la suite et voir le clip…



Vide(o)rdure   

Plus fort que les nains de jardin : Devin Townsend


Au milieu des années 1990, Devin Townsend a été lancé en étant le chanteur de Steve Vai, une expérience qui n’a pas duré, le Canadien ne pouvant, à ce poste, développer son univers propre. Récemment, le site The Quietus a demandé à Vai de citer ses treize albums préférés et, après Captain Beefheart, Matt Rescinoff et Queen, il place, vraisemblablement sans hésitation, l’album Alien (2005) de Strapping Young Lad, tout en ayant ces mots pour son ancien acolyte : « Je vais utiliser le mot en ‘G’ ici… Je pense que c’est un génie, vraiment, je le pense. Il est tellement passionné, tellement intense et – parfois – tellement tourmenté, mais il se rachète par la profonde, profonde beauté de tout ce qu’il fait. Je pense que dans le futur, quand les gens évolueront, s’ils se retournent et écoute vraiment les musiciens du passé, en arrivant au metal, il devrait être le numéro 1. Il y a des choses dans son œuvre vers lesquelles nul autre n’aurait eu les couilles de s’aventurer. »

Comme dans son jardin, à Vancouver, pour nous improviser une danse suant la conviction dans l’absence de conviction dans ce qu’il fait, pour cette vidéo « non-officielle » de « Lucky Animals », premier titre extrait d’Epicloud, son nouvel album « pop » (qui a surtout de pop le talent incontestable de rentrer dans la tête pour y rester). Décrire ce que vous allez voir serait vous gâcher le bonheur que va vous procurer cette vidéo.

Voir la vidéo.



  • Arrow
    Arrow
    Slipknot @ Lyon
    Slider
  • 1/3