ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Interview   

L’apocalypse selon Saint Akroma


Né de la collaboration entre Alain Germonville et Matthieu Morand et combinant des passions, que l’on pourrait croire éloignées, pour Dream Theater et Rush d’un côté, et Cradle Of Filth de l’autre, Akroma est un projet exclusivement studio qui a son ambition propre. En effet, toute la production musicale du duo est intimement et obligatoirement liée à une trame narrative et à une forte immersion. Tous les moyens sont mis en oeuvre pour également proposer une expérience grandiloquente sur le disque. Autant de raisons qui rendent difficilement imaginable pour Akroma de monter sur scène.

A l’occasion de la sortie du nouvel album Apocalypse, un disque ayant la particularité d’avoir été écrit sous la forme d’un requiem, c’est donc plus que jamais de narration, de thématiques, de processus de composition et d’arrangements que nous avons parlé avec le duo. C’était notamment l’occasion d’éclaircir le rapport qu’ont ses membres à la religion, qui est leur thème privilégié alors qu’aucun d’eux n’est croyant.

Lire l’interview…



Interview   

Dirk Verbeuren : méga batteur pour Megadeth


Dirk Verbeuren - MegadethC’est officiel, Dirk Verbeuren devient le nouveau et septième batteur de Megadeth (à compter du premier album Killing Is My Business… And Business Is Good!), prenant la place de son ami Chris Adler qui ne pouvait conjuguer le célèbre groupe membre du Big 4 et son bébé Lamb Of God. Il n’aura pas fallu plus de quelques semaines de tournée en tant que batteur intérimaire à Verbeuren pour finalement s’imposer aux yeux du leader Dave Mustaine et ses collègues.

Il y a tout juste une semaine, nous nous entretenions avec le plus franco-américain des batteurs belges pour qu’il partage avec nous ces quelques semaines d’expérience aux côtés de Mustaine mais aussi Dave Ellefson et Kiko Loureiro. Nous parlant de son rapport à Megadeth et la musique du groupe, de Nick Menza décédé quelques heures avant qu’il ne tienne son deuxième concert – forcément émouvant – avec la formation, de son approche dans la tâche qui lui a été confiée, de l’analyse qu’il a des styles de jeu de ses prédécesseurs, de l’ambiance qui règne aujourd’hui dans le groupe, des préjugés que les gens peuvent avoir sur le caractère de Dave Mustaine… arrivé à la question de l’avenir, son intégration au groupe ne faisait plus aucun doute, en attendant l’annonce parue la nuit dernière.

L’interview qui suit sert donc de présentation exhaustive et devrait répondre à de très nombreuses questions que peuvent aujourd’hui se poser autant les fans de Megadeth que de Dirk Verbeuren ou de son désormais ancien groupe Soilwork, qui aura la lourde tâche de se trouver un nouveau batteur à la hauteur du travail titanesque que Verbeuren laisse derrière lui.

Lire l’interview…



News Express   

Dirk Verbeuren est officiellement le nouveau batteur de MEGADETH


Après plusieurs semaines à tourner avec MEGADETH, le groupe a annoncé que Dirk Verbeuren (SOILWORK, SCARVE) était désormais officiellement son batteur permanent.



News Express   

Vidéos : Dirk Verbeuren (SOILWORK) remplace temporairement Chris Adler au sein de MEGADETH


Le batteur Dirk Verbeuren (SOILWORK) remplace temporairement Chris Adler au sein de MEGADETH pour les concerts du groupe qui se dérouleront jusqu’au 28 juin. Chris Adler étant occupé par les concerts de LAMB OF GOD. Voir les vidéos…



News Express   

Dirk Verbeuren (SOILWORK) sur le nouvel album d’ETHS


ETHS a récemment dévoilé les premiers détails de son nouvel album. Intitulé Ankaa, il sortira le 22 avril via Season Of Mist et sera le premier disque avec le nouveau line-up qui comprend Staif Bihl (guitare), Rachel Aspe (chant), Damien Rivoal (basse) et R.U.L (batterie).

Le groupe annonce par ailleurs que toutes les parties de batterie de cet album ont été réalisées par Dirk Verbeuren (SOILWORK).



Interview   

Dirk Verbeuren (Soilwork) : Patience, Persévérance et Pratique


Dirk VerbeurnenPour certains, faire de sa passion un travail représente une peur de voir ce qui nous fait rêver se normaliser. En l’occurrence, le métier de musicien de session est souvent perçu comme un métier sans passion et purement alimentaire. Quant au métier d’enseignant, il est souvent vu comme une roue de secours pour musiciens qui n’ont pas réussi à percer. Dirk Verbeuren est tout ça : batteur de Soilwork, musicien de session, enseignant.

Et pourtant, difficile d’ôter le sourire de son visage lorsqu’on discute avec lui de sa carrière et de chacune des facettes de son activité. Et il a su rester humble. Il parle avec une émotion palpable de son premier poste d’enseignant au MAI de Nancy ou de Scarve, son premier projet d’envergure (et qu’il souhaiterait voir revenir au moins sur disque), et se rappelle très bien du fougueux débutant qu’il a été ainsi que des difficultés et doutes auxquels il a dû faire face et avoir la force de surmonter pour en arriver là où il en est aujourd’hui. Cette humilité et cette passion se traduisent aussi par une constante remise en question, de l’écoute attentive d’autres musiciens et par un travail quotidien en vue de s’entretenir et de progresser.

Dirk revient très largement avec nous, anecdotes à l’appui, sur son approche de la batterie, de l’enseignement et de son travail de musicien de session, mais aussi sur son expérience dans Soilwork, nous donnant au passage des nouvelles du dixième album du groupe dont l’enregistrement arrive à son terme, ou auprès du génial et déconneur Devin Townsend.

Lire l’interview…



News Express   

Le batteur Dirk Verbeuren donne son sentiment sur le prochain album de SOILWORK


Au cours d’une interview accordée à Dead Rhetoric le batteur Dirk Verbeuren donne son sentiment sur le prochain album de SOILWORK, actuellement en studio, successeur de The Living Infinite. Même s’il n’a pas entendu de chanson terminée, il affirme que l’album « possède un aspect assez agressif et sombre. » En savoir plus…



Nouvelles Du Front   

Shane Embury (Napalm Death) apporte son étincelle au boom des side-projects


Il n’est pas rare, commun même, de voir naître des affinités artistiques entre un-tel et tel-autre qui finissent par aboutir à d’inévitables collaborations, et ce quel que soit le style musical joué. Il y a cependant, dans l’étroite sphère metal, une tendance dépassant la simple collaboration qui tend à se généraliser depuis quelques années : celle du side-project. Car plutôt que d’offrir un simple nom crédité, accolé à un unique morceau perdu dans toute une discographie, les artistes n’hésitent plus à s’associer dans de véritables formations parallèles à leur projet initial et principal. Et pour certains noms – que l’on finit par croiser de partout – la liste de ces side-projects ne cesse de croître. En permanence.

Tel est le cas de Shane Embury, bassiste de Napalm Death, qui du haut de ses 45 ans comptabilise pas moins de dix formations différentes dans lesquelles il officia à court ou long terme, superposant certaines d’entre elles à certaines époques. Le musicien peut, de toute évidence, être caractérisé par une hyperactivité artistique notoire. Ainsi, que celui-ci vienne à former, à nouveau, un projet parallèle à Napalm Death n’est plus véritablement surprenant. Voici donc Tronos, projet regroupant Embury et le producteur Russ Russell (Napalm Death, Evile) aux guitares, aux côtés d’une pléiades de musiciens de talent tels que le batteur Dirk Verbeuren (Soilwork), les bassistes Billy Gould (Faith No More) et Troy Sanders (Mastodon), et la chanteuse Silje Wergeland (The Gathering).

Lire la suite…



Nouvelles Du Front   

Rejoignez le front de libération des artistes


Voilà encore un album qui fait couler beaucoup d’encre et ce n’est pas terminé. La sortie de Illud Divinum Insanus, le nouvel album de Morbid Angel, est un véritable événement cette année. Déjà parce que cela faisait un moment que l’album d’un des pionniers du death metal floridien était attendu. Pensez-y donc : le premier depuis le retour du charismatique David Vincent, avec sa voix jouissive, son talent… Sans compter que Heretic, sorti il y a huit ans, en avait laissé plus d’un sur sa faim à cause de compositions que certains considéraient comme bâclées.

Le moins que l’on puisse dire est que cette critique ne tient plus sur un Illud Divinum Insanus travaillé, inspiré et, surtout, sur lequel on sent un groupe qui a pris plaisir à se laisser aller à de nouvelles envies. En cela aussi cet album est un événement car il représente ce que le metal a de meilleur à offrir. La musique peut ne pas plaire – après tout la nouveauté n’est pas toujours une réussite pour tout le monde – mais la démarche qui a conduit à son existence est à défendre corps et âmes. « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’à la mort pour que vous ayez le droit de le dire » disait l’autre (l’autre, c’est Voltaire paraît-il), une citation que l’on peut facilement tourner à l’avantage de la création artistique. Car, après tout, c’est ça, dans le fond, l’esprit du metal : aller à contre-courant et briser les codes qui nous sont de plus en plus imposés, quitte a briser les codes que nous nous imposons nous-mêmes.

Lire la suite…



  • Arrow
    Arrow
    Trivium @ Villeurbanne
    Slider
  • 1/3