ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Interview   

Helloween : Le choc des citrouilles, partie 2


Inespéré. Qui aurait imaginé il y a quelques années les chanteurs Michael Kiske et Andi Deris partager la scène, une chanson, un album, un groupe, Helloween ? Qui aurait imaginé aussi les deux Michael – Kiske et Weikath – qui se sont tant haïs finir par se rabibocher ? Pourtant, les voilà tous réunis avec le guitariste-chanteur-fondateur Kai Hansen, également de retour, lui qui a signé certains des plus grands tubes du groupe et du metal par la même occasion, et le jovial bassiste Markus Grosskopf, sans oublier le guitariste Sascha Gerstner et le batteur Daniel Löbe qui ont contribué à leur manière à faire perdurer la légende des citrouilles.

Une convergence des époques qui se matérialise aujourd’hui dans un nouvel album en forme de synthèse et de nouveau départ, simplement baptisé Helloween. Pour marquer le coup, ce n’est pas une, ni deux, mais trois interviews que nous proposons dans le magazine Radio Metal n° 4 ainsi que dans nos colonnes numériques. Michael Weikath, Michael Kiske et Andi Deris nous ont raconté cette aventure inédite ayant mené à la conception de cet album qui, espérons, ne sera pas le dernier. Les trois musiciens remontent également avec nous le fil de l’histoire pour mieux comprendre les épreuves par lesquelles ils sont passés et ce qu’est Helloween en 2021.

Note : Version sans coupes de l’interview parue initialement dans le magazine Radio Metal n°4 encore disponible aux points de distribution et en commande dans notre shop.

Lire l’interview…



Interview   

Helloween : Le choc des citrouilles, partie 1


Inespéré. Qui aurait imaginé il y a quelques années les chanteurs Michael Kiske et Andi Deris partager la scène, une chanson, un album, un groupe, Helloween ? Qui aurait imaginé aussi les deux Michael – Kiske et Weikath – qui se sont tant haïs finir par se rabibocher ? Pourtant, les voilà tous réunis avec le guitariste-chanteur-fondateur Kai Hansen, également de retour, lui qui a signé certains des plus grands tubes du groupe et du metal par la même occasion, et le jovial bassiste Markus Grosskopf, sans oublier le guitariste Sascha Gerstner et le batteur Daniel Löbe qui ont contribué à leur manière à faire perdurer la légende des citrouilles.

Une convergence des époques qui se matérialise aujourd’hui dans un nouvel album en forme de synthèse et de nouveau départ, simplement baptisé Helloween. Pour marquer le coup, ce n’est pas une, ni deux, mais trois interviews que nous proposons dans le magazine Radio Metal n° 4 ainsi que dans nos colonnes numériques. Michael Weikath, Michael Kiske et Andi Deris nous ont raconté cette aventure inédite ayant mené à la conception de cet album qui, espérons, ne sera pas le dernier. Les trois musiciens remontent également avec nous le fil de l’histoire pour mieux comprendre les épreuves par lesquelles ils sont passés et ce qu’est Helloween en 2021.

Lire l’interview…



Conférence De Presse   

Helloween : les clés du nouvel album


Ce qu’Helloween a accompli avec la tournée Pumpkins United et qu’il poursuit désormais sous la forme d’un album n’a aucun équivalent. En 2016, après quinze années d’un line-up stable, les citrouilles ont décidé qu’il était temps de faire la paix avec son histoire et de convier Kai Hansen et Michael Kiske à la fête, respectivement vingt-sept et vingt-trois ans après leurs départs. Un line-up entériné après près de trois ans de tournée pour faire de Helloween une entité à sept têtes représentant les trois époques de son histoire.

C’est sous cette forme et dans cette idée qu’a été conçu l’album Helloween : que ce soit les échos aux Keepers Of The Seven Keys d’« Out For The Glory », le Helloween plus moderne de « Cyanide », le mélange des époques de « Robot King », les futurs tubes live que sont amenés à devenir le très mélodique « Best Time », le plus rock n’ roll « Mass Pollution » ou le heavy « Indestructible », sans parler du monument « Skyfall » qui, du haut de ses douze minutes, fait honneur à la tradition des longues chansons à tiroirs du groupe.

A l’occasion de deux sessions de conférence de presse d’une heure trente chacune, les sept membres de Helloween (Michael Weikath, Markus Grosskopf, Andi Deris et Sascha Gerstner le premier jour, Kai Hansen, Michael Kiske et Daniel Löble le second jour) se sont prêtés au jeu de la discussion pour présenter l’opus et nous raconter sa conception, et plus encore. Vous retrouverez ci-après le compte rendu de ces trois heures d’échanges, sélectionnés et arrangés par nos soins, et découpés par thématiques.

Lire l’interview…



Interview   

Pumpkins United : Happy, Happy Michael Kiske


S’il y a bien eu un groupe qui a connu des tensions et autres remous dans son parcours, c’est bien Helloween, notamment avec les départs de deux figures emblématiques de la grande époque : le guitariste Kai Hansen en 1989 et le chanteur Michael Kiske en 1993. Et dans le cas de ce dernier, comme c’est malheureusement parfois (souvent ?) le cas, cela a été particulièrement moche et douloureux. On se souvient encore, les années qui ont suivi, des déclarations du chanteur sur son aversion pour tout ce qui touchait au heavy metal – on comprendra bien plus tard que c’était surtout le traumatisme lié à son départ et aux tensions qui l’ont poussé à rejeter en bloc tout ce qui pouvait les lui rappeler. Depuis, Kiske a remis un pied dans le heavy metal grâce à un fan – un certain Tobias Sammet et son metal opera Avantasia – pour finalement se retrouver aux côtés de son ancien copain Kai Hansen dans Unisonic.

Près de 25 ans plus tard, tout ce cheminement, à la fois personnel et professionnel, l’a amené au pardon et à boucler la boucle en participant, avec Hansen, à Pumpkins United, tournée de reformation aux côtés de leurs anciens compères Michael Weikath et Markus Grosskopf. Mais attention, ceci n’est pas une reformation comme les autres puisque tous les membres du dernier line-up sont également conviés à la fête, résultat : personne n’est lésé ! Pumpkins United se veut éminemment positif, en phase avec l’esprit bon enfant qu’a toujours véhiculé le groupe dans sa musique. Comme quoi les « happy end » sont possibles, et ça fait du bien. Michael Kiske nous en parle ci-après.

Lire l’interview…



Interviews   

Helloween: the pumpkins claim their rights


Helloween 2015

Over the years, Helloween have shown that they reserve the right to do whatever they want, whether it is the controversial Chameleon (1993), the gloomy The Dark Ride (2000), or the sometimes crazy Unarmed (2009). But that also means they have the right to release a “traditional” album, something that will satisfy the three generations of fans that have followed them through the years and the turmoil that went along with them. Said album is called My God-Given Right, and guitarist Michael Weikath would really like it to replace the obligatory Scorpions best of record in every household in the world. This is the summary of Helloween’s sound, a perfect release to celebrate the thirtieth anniversary of their first album, Walls Of Jericho, twenty years with singer Andi Deris, and ten years with the current line-up (a record for the pumpkins).

We met founding member Michael Weikath and Andi Deris to talk about the band’s fifteenth record, their musical choices (which have something to do with producer Charlie Bauerfeind), and the themes of the album – and, from there, to extrapolate on thorny topics, like humor, religion, and freedom. Because the two buddies are the talkative kind, we learned many things about them and the band along the way.

Read the interview…



Interview   

Helloween : les citrouilles revendiquent leurs droits


Helloween 2015

Helloween a démontré avec les années qu’il se réservait le droit de faire ce qu’il voulait, que ce soit avec le controversé Chameleon (1993), les teintes sombres de The Dark Ride (2000) ou les réarrangements parfois loufoques d’Unarmed (2009). Mais ce droit, c’est aussi celui de proposer un album « traditionnel » et revendiqué comme tel, balayant trois générations de fans d’un groupe qui a inlassablement traversé les époques et tumultes. Cet album, c’est My God-Given Right, que le guitariste Michael Weikath verrait bien sur les platines des ménagères en lieu et place du sempiternel best of de Scorpions. Un condensé de Helloween, idéal pour célébrer les trente ans du premier album Walls Of Jericho, vingt ans de carrière avec le chanteur Andi Deris et dix sous le line-up actuel qui décidément tient ferme, puisque aucun autre line-up n’as tenu si longtemps chez les citrouilles.

Nous avons rencontré le membre fondateur Michael Weikath et Andi Deris pour discuter, avec ce quinzième opus pour toile de fond, de leurs choix musicaux dont le producteur Charlie Bauerfeind n’est pas étranger, mais aussi pour partir des thématiques de l’album et extrapoler sur les sujets épineux et d’actualité de l’humour, la religion et la liberté. Et comme les deux compères sont bavards on en apprend beaucoup sur eux-mêmes et sur le groupe, avec parfois des discours et approches des choses assez atypiques.

Lire l’interview…



  • Arrow
    Arrow
    Arch Enemy @ Lyon
    Slider
  • 1/3