ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Live Report   

On ne peut dire « No More » à Alice Cooper


Presque un an après son concert au Dôme de Marseille, au cours de sa tournée Theatre Of Death, nous n’avons pas pu résisté à l’appel et dire « No More Mr. Nice Guy » (nom de cette nouvelle tournée) à Alice Cooper. Et pourtant, ce n’est pas faute de jurer à qui veut l’entendre que l’Animal ne remettra jamais plus les pieds dans la Halle Tony Garnier de Lyon à cause d’un son bien trop souvent médiocre (au bas mot). Par chance, ce soir, ce sera très correct : la première partie eut droit à un son tout à fait clair alors qu’Alice Cooper ne souffrira que d’une voix parfois un peu trop mêlée au son des guitares ou mal dispersée par les enceintes.

La perspective d’assister à nouveau à un tel spectacle était trop attirante. D’autant qu’avec la sortie, entre temps, de son album Welcome 2 My Nightmare, on espérait une refonte complète de son spectacle, qui mettrait peut-être en scène ses deux « Cauchemars », ne serait-ce que pour ne pas avoir à faire un parfait copier-coller de notre live report de l’an dernier. Par bonheur, il n’en sera rien : l’artiste sait toujours se renouveler, même au bout de plus de quatre décennies de scène.

Lire la suite…



Metalanalyse   

Welcome 2 My Nightmare : entre tradition et modernité


Inutile de vous infliger de faux préliminaires ; ce que vous allez lire dans les lignes qui suivent est la critique du nouvel album d’Alice Cooper sorti le 12 septembre : Welcome 2 My Nightmare.

Mais avant tout, remontons un peu le temps. D’abord en 2009, quand, au cours d’une conférence de presse au Hellfest, Alice Cooper annonce pour la première fois préparer quelque chose qu’il n’a jamais fait : une suite à une de ses œuvres, l’album-concept Welcome To My Nightmare, et qu’il travaille à nouveau avec Bob Ezrin, le producteur derrière la grosse production de ce jalon de la carrière du Coop’.

L’album de 1975 s’est imposé depuis trois décennies comme une œuvre essentielle, quasi-parfaite, offrant une lente glissade dans la psyché de notre macabre maître de cérémonie, nous guidant dans son cauchemar avec sa voix à coller des frissons comme une main glaciale et squelettique qui vous entraînerait au fond d’une mare gelée à la faune inquiétante.

Groove nourri à la sauce soul et funk, titres rock fondés sur des riffs bien hard et la voix tranchante d’Alice, ou morceaux plus orchestraux dignes des Beatles, idoles du chanteur ; Welcome To My Nightmare, premier du nom, est surtout un réservoir à hits (« Black Widow », « Some Folks », « Only Women Bleed », « Department Of Youth »…) dans lequel Vincent Furnier puise toujours pour agrémenter ses shows spectaculaires tant l’album lui-même est déjà un théâtre musical passant d’une scène à une autre, croisant la route de nombreux personnages hauts en couleur.

Autant dire qu’Alice Cooper s’est lui-même mis dans un sacré pétrin en voulant offrir une suite à ce disque : un vrai défi à relever que de vouloir se surpasser (ou au moins s’égaler) soi-même dans ce qu’on a fait de meilleur – au moins, c’est ce qu’on attend de lui.

Lire la suite…



Blow Up Your Video   

Ca ne va pas vous arracher la gueule de regarder ce clip


Faut-il vraiment une raison pour faire un article sur un tout nouveau clip d’Alice Cooper ? Non. Cela va de soi. Le clip pourrait même ne pas être bien folichon, on en parlerait quand même tant on attend le nouvel album du parrain du shock rock comme les spaghetti à la bolognaise de sa Mamie italienne : l’eau à la bouche.

Ce clip est cool. Oui, tout simplement cool pour se remémorer de bons moments passés en concert grâce à son montage d’images live filmées ces derniers mois et pour nous donner encore plus envie d’être présent lors de son prochain passage dans le coin. « I’ll Bite Your Face Off » est le premier morceau qu’on peut enfin entendre de ce Welcome 2 My Nightmare, suite du prestigieux opus de 1975 et on n’a pas peur d’affirmer qu’on a hâte de découvrir sur scène cette belle pièce de rock’n’roll.



Conférence De Presse   

Alice Cooper raconte son cauchemar…


Quelques heures avant de mettre le Hellfest à ses pieds, Alice Cooper a bien voulu organiser une petite conférence de presse. Radio Metal, et son armada de fouines, ne pouvait donc pas louper une si belle occasion de gratter quelques informations et a envoyé un émissaire se joindre à une petite poignée de confrères. Pourtant, la partie n’était pas gagnée, car comme nous l’expliquait Olivier Garnier, chargé de promotion, Alice Cooper ne voulait pas donner une conférence de presse pendant le show de Twisted Sister. Pourquoi ? Tout simplement parce qu’il aurait voulu que les journalistes aillent voir la bande à Dee Snider se la donner sur scène plutôt que de l’écouter divaguer. Alice avoue avoir un grand respect et une grande amitié pour Twisted Sister et en particulier son frontman.



Press Conference   

Alice Cooper talks about his nightmare…


A few hours before he put the entire Hellfest at his feet, Alice was kind enough to organize a small press conference. Radio Metal and its armada of snoopers could not possibly miss such a good opportunity to glean a few pieces of information and sent an emissary to join a handful of colleagues. The game, however, was not easily won: as Olivier Garnier, promotion manager, told us, Alice Cooper didn’t want this press conference to take place during the Twisted Sister show. Why, you ask? Because he wanted the journalists to go and see Dee Snider’s gang rock the stage rather than listen to his own ramblings. Alice confesses his great respect and friendship with Twisted Sister, and particularly with their frontman.

Read the full article…



  • Arrow
    Arrow
    Rival Sons + MNNQNS @ Cenon
    Slider
  • 1/3