ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Metalanalyse   

Weather Systems d’Anathema : la polarité de la vie


Beaucoup de films, de séries télévisées, de romans ou plus généralement d’œuvres ne capturent qu’un seul aspect de la vie ou de la personnalité d’un être humain. Une comédie est uniquement drôle, un thriller est intégralement sérieux et ne distille que des atmosphères et décors grisonnants. Le méchant du film n’est que méchant, le héros est toujours valeureux et jamais ridicule, le dépressif ne fait jamais autre chose que déprimer. Comme si on ne peignait qu’en utilisant que des couleurs vives, sans nuances. Cela peut être un choix artistique conscient, un angle d’attaque consistant à ne présenter qu’une facette ou même à l’exagérer pour faire passer un message. Mais il n’est pas rare que cette vision réductrice ne soit pas volontaire.

Or, la vie n’est jamais intégralement blanche ou noire. Toute épanouie qu’une personne puisse être, elle n’est jamais dans un état permanent de bonheur. Tout comme quelqu’un traversant un moment difficile n’est pas au trente-sixième dessous à chaque instant de la journée. Dans le cas contraire, la Terre se dépeuplerait bien plus vite.

Lire la suite…



Interview   

Anathema : Danny est sur Radio Metal, parce qu’il est sur Radio Metal


Anathema ne peut qu’inspirer le respect. Tout d’abord, parce qu’ils ne trichent jamais avec les émotions. Et puis parce qu’après la sortie, il y a sept ans, du magnifique A Natural Disaster et alors que leur ancien label a fermé la boutique, racheté par Sony BMG, les Anglais se sont retrouvés du jour au lendemain sans label. Dégoûtés par le business, ils décident de se débrouiller par eux-mêmes. En sept ans, Anathema est parvenu à tourner sans même avoir d’album à promouvoir, puis a sorti Hindsight, une très belle compilation de réarrangements acoustiques d’anciens titres et finalement, voilà que le groupe sort aujourd’hui, enfin, son nouvel album. Et, n’ayons pas peur des mots, c’est un véritable chef d’?uvre. Sept ans qui ont pu paraître longs – quoi que le groupe a bien su tenir en haleine – mais qui aujourd’hui se justifient.

Après Vincent Cavanagh avec qui nous nous sommes entretenus en novembre 2008, c’est au tour du second frangin, Daniel, de répondre à nos indiscrètes questions. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que c’est avec une profonde honnêteté qu’il nous a ouvert les portes de son univers et de cette entité musicale à fleur de peau qu’est Anathema.

Cliquez ici pour lire l’entretien…



Nouvelles Du Front   

Ferme ta gueule et écoute


Il y a quelques semaines, nous avons reçu le nouvel album d’Anathema intitulé We’re Here Because We’re Here. Et pourtant, c’est hier que je l’ai écouté pour la première fois. A vrai dire j’ai toujours eu une appréhension à écouter un album d’Anathema, quel qu’il soit. J’écoute même rarement ce groupe, malgré le profond amour que je voue à sa musique. Paradoxal n’est ce pas ? Mais que voulez-vous, cette musique m’est trop éprouvante.

Malgré tout, j’ai fini par écouter attentivement ce nouvel opus et j’ai été soufflé, happé par un tsunami émotionnel. J’ai beau avoir posé une oreille sur les différents titres qu’avait mis à disposition le groupe durant ces sept années de gestation, je ne m’étais pas préparé à ça. Rien ne peut nous préparer à ça.



  • Arrow
    Arrow
    Trivium @ Villeurbanne
    Slider
  • 1/3