ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Interview   

Carach Angren ou le Prométhée black sympho


À l’été 1816, le poète britannique Lord Byron, alors en villégiature sur les bords du lac Léman, reçoit la visite d’un couple de compatriotes : Percy Shelley, lui aussi poète, et sa femme Mary, dix-huit ans. Parce qu’il pleut des cordes pendant tout le séjour et que saint Netflix n’est pas encore là pour rendre des semaines de confinement supportables, Byron propose à ses invités, pour tuer le temps, d’écrire chacun une histoire de fantômes. Les deux poètes relèvent le défi en dilettantes. Mary, qui pense d’abord être incapable d’écrire quoi que ce soit, force un peu trop sur l’opium au cours d’une conversation portant sur les travaux d’Erasmus Darwin, grand-papa de et initiateur de ce qui deviendra la théorie de l’évolution. Cette nuit-là, la jeune femme rêve du « pâle étudiant des arts profanes agenouillé aux côtés de la chose qu’il avait assemblée ». Victor Frankenstein et sa créature sont nés.

Hasard, coïncidence ou délire de Muses qui s’ennuient, deux siècles plus tard, c’est au tour de Clemens « Ardek » Wijers, compositeur et claviériste de Carach Angren, d’être visité par un cauchemar dans lequel apparaît Conrad Dippel, théologien allemand que l’on soupçonne d’avoir inspiré à Mary Shelley le personnage de Frankenstein. Pour un groupe de black metal qui puise son inspiration dans le folklore sanguinolent et les histoires de fantômes, le thème du prochain concept album était tout trouvé. Fidèles à la créature sensible et intelligente du roman plutôt qu’au monstre stupide des adaptations de la Hammer, les Néerlandais proposent, avec Franckensteina Strataemontanus (mais « l’album sur Frankenstein », ça passe aussi), un album riche, intelligent, qui fait voyager l’auditeur des forêts de Hesse à l’Afrique du Nord de la Seconde Guerre mondiale.

On en parle très, très en détail ci-dessous (et d’autres sujets, dont le départ du batteur Namtar) avec Ardek et son comparse Seregor, chanteur de la formation, dans une interview longue comme un roman – alors munissez-vous de votre boisson préférée et d’un paquet de gâteaux avant de plonger dans l’univers de ces black metalleux inspirés par une gamine de 18 ans devenue reine de l’horreur gothique.

Lire l’interview…



  • Arrow
    Arrow
    Slipknot @ Lyon
    Slider
  • 1/3