ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Interview   

Monster Magnet : l’apocalypse d’hier


Chez les artistes, chacun sa manière de gérer la pandémie et l’arrêt des activités live engendré par celle-ci. Pour Dave Wyndorf, pas question de chercher à récolter quelques sous sur internet ou de faire du « faux live » en streaming. Le leader de Monster Magnet a préféré s’enfermer dans sa petite utopie, ou en tout cas, une meilleure dystopie. Il a donc donné rendez-vous aux quatre autres membres du groupe dans le studio de répétition du batteur Bob Caivano pour enregistrer treize reprises et se plonger dans l’effervescence de la fin des années 60 et du début des années 70. Une époque elle-même mouvementée qui lui rappelle à certains égards celle que l’on vit aujourd’hui, à la différence qu’il n’était alors qu’un jeune ado qui s’abreuvait d’une scène rock post-psychédélique et proto-hard rock qui n’a aucun équivalent ailleurs dans l’histoire et dans le présent.

C’est donc un voyage dans un monde que les moins de cinquante ans ne peuvent pas connaître que Dave nous offre à travers le nouvel album A Better Dystopia, mais aussi l’interview qui suit où il nous raconte cette époque à travers ses souvenirs de gamin, jusqu’à la création de Shrapnel, son premier groupe. Une manière, finalement, de comparer, mettre en perspective et relativiser notre « apocalypse » qui n’est pas la première et ne sera sans doute pas la dernière.

Lire l’interview…



Interview   

Monster Magnet : reprendre le contrôle quand l’esprit dérape…


Dave Wyndorf, leader de Monster Magnet, aime varier les plaisirs, lui qui revendique le côté melting pot d’influences de sa musique. Ainsi, après avoir vogué loin dans les contrées space rock et psychédéliques en offrant un de ses meilleurs albums avec Last Patrol, puis avoir prolongé le voyage en revisitant ce dernier et son prédécesseur Mastermind, il est revenu mettre les pieds sur terre avec dans l’idée de proposer un pur album rock « pour passer du bon temps » avec la scène de Detroit, alias la Motor City, en ligne de mire. Mais attention, le décollage psychédélique n’est pour autant jamais très loin…

Sauf que tout ne se passe jamais comme prévu : entre-temps, un certain Donald J. Trump a investi la Maison Blanche et le monde a pris un tournant où la folie semble prendre le pas sur la raison. Le « bon temps » bat sérieusement de l’aile pour Dave Wyndorf, se retrouvant alors déboussolé face à sa copie. C’est ce cheminement de l’insouciance de la musique vers la gravité des textes que nous raconte le frontman dans l’entretien qui suit, partageant avec nous son sentiment sur le monde tel qu’il le perçoit aujourd’hui.

Lire l’interview…



Interviews   

Monster Magnet: Psychedelia traveller


Monster Magnet never stopped being Monster Magnet; and Dave Wyndorf (singer) doesn’t really care whether some people think they know what it means. The New Jersey band is back with Last Patrol, a psychedelic album sounding much similar to their first opuses. After all, the act had never really left that place where Wyndorf musically fell in love for the first time, and where he always goes back to, for example on stage when the band interpreted their albums Spine Of God and Dopes to Infinity over the past few years.

So what is the only difference with this new space-rock travel? More control, and some free zones, delimited spaces left to improvise. And what about the drugs? If Wyndorf always refers to doping products in his lyrics, the singer admits that writing when he’s high is not the best he can offer. He doesn’t think psychoactive drugs can be creative catalysts and prefers telling the stories of his different adventures with a clear mind. An interesting point of view, between many others – such as his views regarding the “Opium of the People” for example, that Wyndorf shares with us in the following interview.

Read the interview…



Interview   

Monster Magnet : voyageur dans l’espace psychédélique


Monster Magnet n’a jamais cessé d’être Monster Magnet ; et il importe peu à Dave Wyndorf, le chanteur, que certains pensent savoir ce que cela veut dire. De retour avec Last Patrol, un album plus psychédélique, plus dans la veine de certains de leurs premiers opus, la bande du New Jersey n’avait pourtant jamais quitté ce territoire, où Wyndorf a connu ses premières amours musicales, et où il revient toujours, ne serait-ce que sur scène où ils ont interprété ces dernières années leurs albums Spine Of God et Dopes To Infinity.

La seule différence dans ce nouveau voyage space-rock ? Plus de contrôle, des zones de liberté, des places pour l’improvisation mieux délimitées. Et de la drogue ? Si les références à certains produits réputés dopants pour la créativité sont récurrentes dans les textes de Wyndorf, il avoue que l’écriture sous influence n’est pas ce qu’il a de meilleur à offrir. Les psychotropes comme catalyseurs créatifs, il n’y croit pas et préfère conter ses différents voyages l’esprit clair. Un point de vue intéressant parmi tant d’autres – comme au sujet de « l’opium du peuple » par exemple – que Wyndorf partage avec nous dans l’entretien qui suit.

Lire l’interview…



Nouvelles Du Front   

Pour que les artistes vivent


Dave Wyndorf, le leader de Monster Magnet, a donné une interview à Brendan Crabb du magazine Loud. Nous avons sélectionné et traduit deux passages plein de bon sens pour vous parce que Dave est quelqu’un de très fin. Nous espérons que ces extraits vous donneront envie de lire cet entretien dans son intégralité. Dave revient sur sa vision des chroniques musicales mais également sur la vie des artistes d’aujourd’hui. Il évoque aussi le rapport des artistes à la gratuité avec le téléchargement illégal dans le viseur, mais pas seulement.

Ces extraits peuvent être pris comme un manifeste qui aurait pu s’intituler « Pour que les artistes vivent ». Nous vous en parlons en ce vendredi 3 décembre dans les colonnes de Radio Metal parce que nous partageons totalement les propos de Dave Wyndorf. Et nous espérons que c’est votre cas également.

Lire la suite…



  • Arrow
    Arrow
    Judas Priest @ Vienne
    Slider
  • 1/3