ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Song For The Deaf   

Le jazz adoucit la douleur de Nine Inch Nails


« Tandis que se fait attendre les temps des cerises – celui de la chanson (selon vos opinions politiques), ou celui des bons bigarreaux écarlates (si vous n’êtes pas allergiques) – le temps des reprises est bien installé. Deux semaines après l’éclosion de la beauté cachée dans les chansons de Cannibal Corpse, le cerisier asiatique fleurit à son tour. »

Voilà ce que pourrait bien siffloter un Animal désirant se plonger, à nouveau, en hibernation pour les mois à venir. Du doom à fond dans les oreilles, car le doom, c’est bien pour hiberner. Pendant ce temps là, d’autres, en effet, observent l’arbre des reprises fleurir. Le printemps est là, quelque part sur l’une de ses branches. Il faut, pour le trouver, creuser dans sa mémoire. Loin en arrière, époque où, le printemps, on le tenait entre nos mains. Mais, peut-être, l’avons-nous oublié après l’avoir égaré ? Peut-être l’avons-nous retrouvé !

Le « Enter Sandman » d’une certaine Youn Sun Nah, jeune chanteuse coréenne de jazz s’étant expatriée sur Paris, avait à une certaine époque, bercé de nombreux cœurs. Sa reprise des Mets avait dépoussiéré ce titre en y posant un léger voile de soie. Une voix sublime en guise de léger souffle afin de faire disparaître – ou presque – ce que l’on connaît de ce titre. La ré-interprétation était de taille et ne manquait pas de savoir-faire. Une méticulosité propre, finalement, aux jazzeux qui contrastent avec la face abrupte des chevelus (bonjour l’cliché !).

Lire la suite.



Song For The Deaf   

Il y a ceux qui jouent au piano et il y a ceux qui les déménagent


Récemment on vous a fait partager un titre du groupe Amon Amarth extrait de leur prochain album, Surtur Rising. Aujourd’hui, grâce à Metal Sucks, nous vous soumettons à nouveau « War Of The Gods », la même chanson, mais en version piano. Alors bien sûr ce n’est pas hyper « metal » mais cela fait toujours plaisir d’avoir des versions originales de nos tubes rentre-dedans. Youn Sun Nah et son « Enter Sandman » étant un bon exemple de reprise réussie.

Alexandra Nicoletti est une musicienne douée. Vous pouvez retrouver ses interprétations (metal ou pas) sur YouTube et la contacter directement via Facebook. Mais pour l’heure savourez ci-dessus cette guerre des dieux en version soft et veuillez noter que Surtur Rising, l’opus des Amon Amarth, sera dispo dans les bacs fin mars.



Song For The Deaf   

Quand les jazzeux se frottent à Metallica


Si vous avez été à l’écoute d’High Hopes ce mercredi, vous vous souvenez peut-être que j’ai évoqué une reprise jazz du classique « Enter Sandman » d’on sait qui. Eh oui, du jazz ! Donc on est bien loin du déhanché de Shakira sur ce coup. Cela prouverait-il que les jazzeux, pourtant souvent considérés comme élitistes, seraient ouverts à d’autres styles, notre cher metal compris ? On serait tenté de le croire car on ne peut que ressentir une énorme passion qui ressort de la version ci-dessous ainsi qu’un superbe travail de retranscription de style. Le « Enter Sandman » version Youn Sun Nah, jeune chanteuse coréenne de jazz s’étant expatriée sur Paris il y a de cela quelques années, se dote ici d’un nouveau visage. Mais nous vous laissons pleinement en juger.


Le moins que l’on puisse dire est que cette reprise est surprenante ! On pourrait citer Norah Jones en termes de voix, bien que la Coréenne ait bien plus de coffre que l’Américaine. L’instrumental apparaissant sous son plus simple acabit, c’est clairement le travail vocal qui est à applaudir ici. Rien qu’avec son organe vocal, Youn Sun Nah réussit à conserver l’atmosphère originale des Mets en la nuançant davantage. La sensation d’improvisation de ses lignes de chant au moment même de son enregistrement studio témoigne en tout cas d’une sincérité troublante.



  • Arrow
    Arrow
    Slipknot @ Lyon
    Slider
  • 1/3