ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Vide(o)rdure   

Oussaminator contre les zombies à Washington : la basse de la mort


Oussama Ben Laden, Fred Durst, James Brown, Michael Jackson, Prince, David Lee Roth, sans oublier Umbrella Corps et sa horde de zombies… Quand Nick Schendzielos, bassiste de Job for A Cowboy mais aussi de Cephalic Carnage, fête, à sa manière, un joyeux Thanksgiving (parce que pour Halloween, c’est trop tard), il est évident que le musicien sait y faire en dressant un casting qui en jette pour les besoins de sa nouvelle vidéo. Or, un casting, ça ne fait pas tout et ça se suffit rarement à lui-même ! Pour viser le haut du panier des blockbusters à la sauce ricaine il faut de l’action, un vilain méchant vraiment très vilain, une musique qui claque et une fin heureuse saupoudré (noyée ?) d’héroïsme Made in Le Pays de l’Oncle Sam !

Ainsi, quand Oussama – qui n’est pas mort, parce que, vous ne le saviez pas, c’est un cyborg venu du futur – déambule en toute liberté dans les rues de Whashington D.C, une basse à la main, distillant quelques plans vertigineux et groovy à souhait à faire danser les morts, autant dire que sur le papier, le scénario fait déjà salement saliver d’envie ! De plus, soutenu par des zombies voraces, la fusion T-Ben-Laden-1000, malgré son air un peu béat, semble bien partie pour voler le haut de l’affiche aux plus grands méchants de l’histoire du cinéma, de l’encasqué sous respirateur artificiel des Star Wars au chasseur dans Bambi dont le coup de fusil résonne encore à travers nos souvenirs d’enfant. Oui, ça fait froid dans le dos. Et que viennent faire là-dedans Fred Durst, James Brown, Michael Jackson, Prince et David Lee Roth ?

C’est à voir dans la suite.



Vide(o)rdure   

Marilyn Manson : fais-mois peur


Une participation vocale par ci, une autre par là… D’un côté Marilyn Manson fera la voix de l’ombre de Peter Pan dans la saison 3 de la série Once Upon A Time (dans laquelle des personnages de contes de fée se retrouvent exilés de leur univers enchanté), de l’autre il se fait inviter sur le nouvel album d’Avril Lavigne. C’est bien gentil tout ça, il fait bien ce qu’il veut pour s’occuper entre deux tournées, quitte à filer des frissons à ses fans, mais quand le « Villain » monsieur prend-t-il encore le temps de faire peur à l’Amérique puritaine ou à vos mamans ? A l’approche d’Halloween, ce serait le moment idéal pour y penser. Et c’est ce qu’il fait ! Plus ou moins…

A la veille de cette fête populaire, Funny Or Die a demandé au croque-mitaine préféré du pays de l’Oncle Sam de raconter non pas une histoire, ni deux… mais carrément cinq histoires d’épouvante. Mais comme son nom tend à l’indiquer, Funny Or Die est un site de vidéos comiques, avec un principe plus ou moins original (on pourrait dire que ce n’est qu’une version améliorée des pouces verts et rouges de YouTube) : voter pour les vidéos que vous regarder en désignant si elles sont drôles (funny) ou si elle peuvent crever (die). Et par conséquent, Marilyn Manson se retrouve à conter des histoires horribles à des gamins autour d’un feu de camp, dans une parodie de la série jeunesse des années 90 Fais-Moi Peur.

A voir dans la suite…



Blow Up Your Video   

Après l’Apocalypse, il y aura encore Papa Roach


Dire du mal du nouveau single de Papa Roach, « Still Swingin » (extrait de l’album The Connection qui sortira en octobre), aurait été trop facile. Trouver anachronique, en 2012, ce néo-metal teinté de punk FM tout droit sorti des 90s n’empêche pas ce refrain d’avoir de quoi plaire aux fans qui brandiront avec plaisir leurs poings ou feront les essuie-glaces avec leurs bras en concert à ce moment. Et puis le pire, ce ne sont même pas ces paroles qui ne veulent rien dire, sorte d’enchaînement de punch-lines creuses où l’ont croise des slogans fleurant l’inanité comme : « I’m the real, you’re the fake » ou « P-Roach is the new black ». Le pire, ce n’est même pas – non, même pas – ce risible break de dubstep vers 2 minutes 15 dont on sent qu’il n’est là que pour faire le truc à la mode, qu’on est déjà dégoûté d’entendre partout depuis longtemps.

Le pire, c’est le clip qui va avec ce single, qui alourdit la chanson et qui nous donne envie d’en dire du mal. Ce n’est pas le pire des clips possibles mais tout y va tellement de travers qu’on se dit qu’on aurait préféré les voir faire des économies sur les effets spéciaux, tourner le cent-millième clip où le groupe joue dans un hangar, plutôt que ce machin post-apocalyptique où on ne trouve même pas le moindre début de réflexion ou bout de cerveau à se mettre sous la dent. Et vous l’aurez compris, ce ne sont pas les paroles qui vont nous aider à comprendre.

Voir le clip.



Vide(o)rdure   

Metal et zombies en petite tenue : c’est pas de la provoc’ ça ?


Il y a environ trois semaines de ça, nous avions reçu un e-mail de Chloé, l’une de nos traductrices (nous les embrassons toutes, au passage) ainsi post-scripté : « Regarde ce que j’ai trouvé ce matin, ça pourrait vous servir si vous faites un article sur, euh, la pub et le metal, ou la lingerie et le metal, ou les zombies en petite tenue et le metal. » Et c’était bien vu parce que des articles sur la pub et le metal, on en fait ; sur la lingerie et le metal (sans même parler des Pin-Ups du Mois), on ne peut pas dire que ça n’arrive pas ; et les zombies et le metal, idem.

Par contre, pour trouver un moyen de caser la chose dont il était question dans un article précisément sur les « zombies en petite tenue et le metal », ça allait être coton ; je vous laisse deviner pourquoi. Et puis, cette vidéo, puisque c’est ce dont il s’agit, était assez sympa puisqu’il s’agit d’une pub pour une marque de lingerie (Agent Provocateur), il y a donc tout un tas de femmes en tenues (très) légères et ça se comprend mieux qu’un plan nichon complètement gratuit dans un film d’horreur (sinon pour exciter le public ado).

Lire la suite…



Blow Up Your Video   

Le zombie contemporain est-il dépravé ?


Ce n’est pas tant que quelque chose me dérange dans le clip de Deranged (notez déjà comme je me suis creusé la tête pour cette phrase) pour le titre « Depraved And Zombified », issu de leur dernier album, mais c’est surtout qu’il comporte un élément auquel j’ai encore du mal à m’accoutumer.

Pendant des années, des décennies même, le mort-vivant, ou zombie, a été une créature – bien que dangereuse – lente, molle, se traînant, le système nerveux aussi en décomposition que le reste. Anthropomorphisation de nos profondes peurs de la contamination et de l’aliénation à soi même, doublée de terreurs apocalyptiques, le zombie puisait avant tout sa force du nombre et de la facilité qu’il a à se reproduire (un p’tit coup de quenotte et, hop !, en quelques heures, en v’là un autre).

Lire la suite…



Potin   

Scott Ian among the living dead


« Scott Ian est mort… vivant. » Non, c’est vrai que par cette chaleur et déjà excités comme vous devez l’être actuellement dans ce climat de tornade électrique qu’est l’affaire du retour ou non de Black Sabbath, vous n’aviez certainement pas besoin qu’on vous balance cette info sur le guitariste d’Anthrax de la sorte, avec ce genre d’accroche.

En tout cas, maintenant, on saura quelle gueule aura Scott Ian si un jour il devait revenir d’entre les morts… puisqu’il en reviendra dans la série The Walking Dead : « Mon agent a reçu un appel pour demander si je voulais venir jouer un zombie dans un webisode de Walking Dead […]. Je n’aurais pas pu dire oui plus vite. […] J’ai souhaité faire ça toute ma vie » nous dit Scott sur son site. Et on le croit : il suffit de voir les derniers artworks du groupe pour être persuadé de cette fascination. Et il suffit de lire son histoire pour n’avoir aucun doute sur le fait qu’il a vécu un rêve éveillé.

Lire son aventure à Zombieland..



Vide(o)rdure   

En 73 avant Rotting Christ, les zombies sont Rome antique


« Rome, en l’an 73 avant Jésus-Christ, Spartacus mène la rébellion de deux cents gladiateurs se soulevant contre l’état inhumain dans lequel Rome les a jetés. Au cours de leur révolte, ils résistèrent longtemps aux soldats romains. Quelques hommes contre toute une armée. Certains, rendus fous, sont devenus violents, commettant des meurtres et des viols. Spartacus les punit de mort. Mais dans ces terres, dès que le sang coule, ils reviennent ».

Par Jupiter ! Spartacus contre les zombies ! On ne l’avait pas vu venir celui-là. On avait bien eu « Hercule contre les vampires » de Mario Bava, et c’est un autre Italien qui vient ramener d’entre les morts deux genres dans lesquels le cinéma transalpin a eu ses quelques années de gloire avant de sombrer chacun leur tour dans la plus risible kitscherie : le péplum et le gore, réunis en un film : « Morituris » de Raffaele Picchio qu’on espère bientôt voir en France.

Et le rapport avec le metal ? Ha oui, on entend un bout de « Demonon Vrosis » de Rotting Christ dans la bande-annonce. Une chance, non ? Allez, venez, on va se marrer un peu.

Lire la suite…



Vide(o)rdure   

La paix du non-mort


Les marches de zombies sont devenues un phénomène international. D’abord flash mobs (autrement dit, manifestations spontanées – prenant parfois la forme de happenings artistiques – organisées via certains réseaux sociaux), maintenant véritables petites institutions culturelles autant au Japon, au Royaume-Uni, de la Côte Est à la Côte Ouest des États-Unis, récemment à Paris (le 16 octobre dernier) et le week-end dernier (samedi 23 octobre) à Toronto (Canada).

C’est nul autre que le Scumdoguien, fils d’un super-ordinateur et d’une boîte de Petri, hurleur dans l’association de barbares inter-galactiques Gwar, Oderus Urungus, son membre viril éléphantesque chastement enveloppé dans un linge à la nature indéterminée, qui a officiellement ouvert cette marche en tant que Grand Maréchal Honoraire.

Lire la suite…



  • Arrow
    Arrow
    Alice Cooper @ Paris
    Slider
  • 1/3