ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Nouvelles Du Front   

Passe ton diplôme de heavy metal d’abord !


Plaquer ses études et se consacrer uniquement au heavy metal, qui n’y a jamais pensé ? Nombreux sont ceux à avoir franchi le pas et tout envoyé gicler, pour la gloire et l’éternité, peu importe les conséquences. Malheureusement, nombreux également sont ceux à s’en être mordus les doigts, après s’être brisés contre les fracassantes réalités de la sphère saturée du music-business.

Mais grâce à Wotan et au New College Nottingham, tout ceci est désormais fini. En effet, via une formation spécialisée et labellisée heavy metal, il est désormais possible de concilier passion du gros riff et études, et ainsi d’envisager une intégration sereine sur le marché florissant du travail dans le monde du metal. Si si, et ce pour la modique somme de 5750£ (soit pas loin de 6800€) par an.

Comment ça un peu cher ? Certes, il faudra peut-être revendre sa petite Stratocaster, son gros Marshall, ainsi que quelques pédales Boss (vous n’allez pas encore ponctionner le porte-monnaie de papa-maman), mais après tout, quoi de plus revigorant qu’un bon retour à zéro ? De plus, à quoi bon avoir du matériel si l’on n’est pas formé à s’en servir ? Alors, le matos au clou ! Et direction la fac pour ensuite apprendre à l’utiliser ; car comme le dit si justement le dicton, nulle omelette sans œufs cassés. Et puis, ce n’est pas si cher pour devenir une rock star !

Au programme de la formation, on retrouve des cours pour apprendre à jouer correctement de son instrument (ha, bah, c’est ballot, il a fallu le revendre), à travailler en groupe, à offrir des prestations live dignes de ce nom, à improviser comme un dieu, à écrire ses propres morceaux, à enregistrer son matériel, à produire et faire la promotion de son œuvre, et à comprendre le contexte du monde metal. Rien que ça. Autant dire que si l’on n’arrive pas à ses fins une fois ce diplôme en poche, c’est qu’il ne nous reste plus qu’à tenter un parcours classique basé sur l’empirisme et l’échec à répétition. Mais allez savoir si vous n’apprendrez pas toutes ces choses sur le tas en autant de temps qu’en restant sur les bancs de l’université…

Une fois arrivé au bout de ce cursus, avec l’acquisition de toutes ces compétences, il sera tout de même possible de monnayer son diplôme dans la sphère heavy metal avec assurance et crédibilité. Inutile de dire qu’alors, au milieu de tous ces zicos amateurs et simples bénévoles du monde du spectacle, il ne sera pas compliqué de faire son trou et d’asseoir sa supériorité universitaire, notamment en accrochant avec orgueil son beau diplôme à son back-drop avant chaque concert pour justifier son droit à jouer du heavy metal. Et puis, dans le cas où l’on se désintéresserait de la carrière purement artistique, il sera bien évidemment envisageable d’embrasser les carrières de tourneur, producteur, professeur, ou encore éditeur. Encore une fois et même si ces secteurs sont relativement bouchés, n’ayons crainte, le diplôme devrait suffire à ouvrir toutes les portes.

Alors pourquoi attendre ? Quand l’avenir tend ainsi les bras, ne reste plus qu’à s’y jeter les yeux fermés ! Au diable les fastidieuses formations classiques ! Faire des études de musiques plus généralistes pour devenir professeur de musique ou musicien de session, à quoi bon ? Le heavy reste la base et le sommet à la fois et il était temps d’enfermer à l’école ce genre musical trop rebelle.



Laisser un commentaire

  • Pour moi, le métal est un genre dans les amateurs sont plutôt issus du peuple, je vois mal qui pourrait suivre cette formation parmi ceux qui adhèrent au style, à moins d’en perdre l’essence peut-être.

    [Reply]

    dont les amateurs*

    Phil'

    Je ne vois pas pourquoi les bourgeois issus des bonnes familles anglaises n’auraient pas droit à cette formation ?

    – Trésor, comment s’est passé ton premier cours de « Hévy métal » ?
    – A merveille mère. Tous ces jeunes prolétaires aux cheveux longs sont si pittoresques ! L’un d’eux m’a appris à secouer mon brushing en cadence, c’était désopilant. Et à la fin du morceau, ils m’ont même encouragé à piétiner ma cravate sur scène. Quelle rigolade !

  • dommmage que ce soit en angleterre…

    [Reply]

  • Et pourquoi pas une école pour devenir un vrai anarchiste ?

    On aurait des cours de désobéissance et d’auto-gestion, j’vous le dit c’est un futur succès cette idée.

    [Reply]

    Pej

    En v’là une superbe idée !

  • Sir Kentus dit :

    (Je t’en prie King Asator, ne met pas A7X et BFMV dans le même panier, j’ai failli avoir un anévrisme, A7X, pour ma part, tue sa grosse mère.)
    En voila une école intéressante! Bien trop cher pour mon porte-monnaie, mais ça doit vraiment être une superbe expérience! Si seulement :s

    [Reply]

    King Asator

    ah bah désolé mais pour moi c’est exactement la même daube

  • King Asator dit :

    si ça peut nous éviter des groupes du style d’A7X ou BFMV et comparses, c’est une bonne idée ^^

    [Reply]

  • Lord Satanubis dit :

    Ca m’aurait bien tenté, mais, un tantinet chère au kilo, la formation. Autant faire un doctorat ou un master à ce compte-là…

    [Reply]

  • Arrow
    Arrow
    Deftones @ Lyon
    Slider
  • 1/3